Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Port Royal : nouveau centre d’excellence pour les femmes

Donner la vie dans les meilleures conditions et prendre soin de toutes les femmes. Cette devise résume la vocation de la nouvelle maternité de niveau III de Port Royal, la plus grande d’Ile de France où 6 000 enfants verront le jour. Dans ce berceau de l’obstétrique et de la néonatologie, 600 professionnels dont une centaine de médecins proposent un suivi expert aux femmes, de la fécondation in vitro à la ménopause. Le nouveau bâtiment s’étend sur 33 000 m², en plein cœur de Paris.

Donner la vie dans les meilleures conditions et prendre soin de toutes les femmes. Cette devise résume la vocation de la nouvelle maternité de niveau III de Port Royal, la plus grande d’Ile de France où 6 000 enfants verront le jour. Dans ce berceau de l’obstétrique et de la néonatologie, 600 professionnels dont une centaine de médecins proposent un suivi expert aux femmes, de la fécondation in vitro à la ménopause. Le nouveau bâtiment s’étend sur 33 000 m², en plein cœur de Paris.
Fort de la réunion d’équipes pionnières et expertes de Saint-Vincent de Paul et de l’Hôtel-Dieu, Port Royal propose aux femmes une prise en charge des grossesses qu’elles soient ou non pathologiques Il assure aussi les urgences et répond aux besoins de femmes en matière de contraception, avortement, désir d’enfant. Les services spécialisés dispensent également des traitements en cas de ménopause, de cancer …

Les superlatifs ne manquent pas : Le nouveau centre d’excellence des hôpitaux universitaires de Paris abrite l’un des plus grands centres de France dédiés aux grands prématurés. Chaque année 230 et 250 grands prématurés et une centaine de bébés de moins de 28 semaines voient le jour dans ses murs. Son centre d’IVG, un des plus importants d’Île-de-France, est adossé à une structure de planification familiale, ouverte sur un important réseau de médecins de ville
Son centre d’assistance médicale à la procréation (AMP) réalise 1 000 AMP chaque année dont 37 % en moyenne aboutissent à une grossesse. Cette unité associe spécialistes de la reproduction, biologistes et gynécologues obstétriciens ainsi que le plus grand CECOS de France également implanté. Et les experts sont d’ailleurs heureux de rappeler que désormais lors de la première tentative, une femme sur deux a une réelle chance de concevoir un bébé
« La gynécologie que nous développons à Port-Royal repose sur cette approche multidisciplinaire unique qui fait notre spécificité et notre originalité pour répondre à toutes les difficultés auxquelles sont confrontées nos patientes. Se poser les bonnes questions, pour apporter les meilleures réponses, impose de mettre le couple au centre de la réflexion pour qu’il reparte avec un bébé» commente le Professeur Charles Chapron, chef de service gynécologie obstétrique

Au-delà des prises en charge obstétrique, Port Royal offre aussi une approche multidisciplinaire dans de nombreuses pathologies
Les spécialistes accueilleront les patientes souffrant de diabète, lupus et de certaines maladies rares comme les angioedèmes. Sont également traités les risquse de phlébite ou d’accidents vasculaires cérébraux et les maladies hépatiques, pathologies qui retentissent sur le système endocrinien et présentent de réels obstacles à une contraception classique ou à un désir d’enfant.
Les femmes trouveront aussi des experts aux compétences reconnues sur toutes les maladies du sein graves ou bénignes : cancer, kystes, abcès, inflammations.

Une approche globale des risques liés à la ménopause est également proposée. Les complications cardio-vasculaires, l’ostéoporose, les troubles métaboliques sont évalués avec précision pour garantir une prise en charge de la ménopause rigoureuse en particulier chez les femmes polypathologiques.

sos.gyneco@cch.aphp.fr En même temps que l’inauguration de ses bâtiments, Port Royal ouvre le 1er site d’information hospitalier où un gynécologue spécialisé répond en ligne aux interrogations des  femmes. Règles douloureuses, rapports difficiles, question sur la contraception, saignements gynécologiques, difficultés à concevoir un enfant, malaises de la ménopause… Les gynécologues répondent aux leurs demandes adressées par courriel et les orientent vers la meilleure prise en charge.
Une référence internationale en endométriose
L’endométriose, affection fréquente chez la femme, parfois handicapante est encore trop souvent diagnostiquée tardivement. La présence anormale de muqueuse utérine en dehors de l’utérus, qui touche 20 % des femmes, est retrouvée chez 50 % des patientes consultant pour douleurs et de 40 % de celles présentant une infertilité. À Port-Royal : chirurgiens, fivistes, gynécologues médicaux et épidémiologistes travaillent en étroite relation avec deux unités de recherche en immunologie et génétique sous la coordination du Professeur Charles Chapron

Un étage dédié à la recherche 
Le nouveau bâtiment Port-Royal accueille au 6ème étage des locaux dédiés à la recherche en périnatalogie afin de créer des interactions quotidiennes entre cliniciens et chercheurs dans un domaine jusqu’ici assez délaissé et pourtant si important en matière de santé publique. Il regroupe :
– l’U 953, unité INSERM de recherche épidémiologique en santé périnatale dont l’objectif est de fournir les connaissances utiles à la prévention et à l’amélioration de la prise en charge des femmes enceintes et de leurs enfants ; les recherches de cette unité sont centrées sur les complications les plus fréquentes ou les plus graves de la grossesse, de l’accouchement ou de ses suites affectant la santé de la femme ou l’enfant ; selon les projets, les travaux portent soit sur des femmes ayant la complication étudiée, soit sur un échantillon représentant la population générale ;
– la fondation PREMUP grossesse et prématurité : ce réseau thématique de recherche et de soins (CTRS) regroupe un pôle lourd de soins (80 000 naissances par an, 8 000 prématurés) et de recherche (7 unités INSERM, 3 CIC) ; le centre coordonnateur du réseau et la plate-forme de recueil biologique pour le réseau seront situés au 6ème étage ;
– le centre d’investigation clinique (CIC) de Necker-Cochin ainsi que la plate-forme biologique de l’équipe périnatale du CIC.
Un confort hôtelier à la hauteur de l’offre de soins
Le bâtiment, pensé et construit par les architectes Patrick Berger et Jacques Anziutti, regroupe dans un cadre particulièrement soigné blocs opératoires, salles de naissances et consultations, laboratoires et secteurs d’hospitalisation. « C’est une architecture pour une avenue parisienne, son unité et sa familiarité la rendent hospitalière. » expliquent les concepteurs. Les chambres individuelles sont spacieuses, lumineuses et dotées de leur propre salle de bains. Différentes innovations technologiques et organisationnelles visent à rendre la prise en charge plus simple pour les femmes. Le parcours des futures mères et de leurs familles dans l’hôpital permet de passer, par des passages et des seuils successifs, de la très grande échelle, celle de la ville pour retrouver le confort et l’intimité de l’échelle humaine qui accompagne le début de la vie.

Chiffres clés


Maternité

 – 6 000 naissances par an
 – 119 chambres individuelles
 – 5 places en hospitalisation de jour
 – 3 salles de prépartum
 – 10 salles de naissance
 – 3 blocs opératoires
 – 1 secteur d’explorations fonctionnelles et échographies
Service de néonatologie, 
 – 230 à 250 très grands prématurés
 – 100 prématurés de moins de 28 semaines pris en charge chaque année.
 – 63 berceaux dont : 21 berceaux en réanimation néonatale ;  21 berceaux en soins intensifs ;  21 berceaux en médecine néonatale dont 10 en unité mère-enfant.
 – 4 chambres triples et 4 chambres doubles pour triplés et jumeaux ;
 – plus de 600 enfants accueillis en consultation de suivi du grand prématuré ou en consultations médicales en PMI nourrissons.
Centre d’assistance médicale à la procréation
 – 1000 fécondations in vitro par an ;
 – un taux de réussite de 50% pour la première tentative et un taux global de 37% ;
 – le premier centre français pour l’activité d’AMP avec dons d’ovocytes ;
 – 8 places en hospitalisation de jour

Service de gynécologie chirurgicale
 – 3 000 interventions par an ;
 – 30 lits d’hospitalisation complète ;
 – 16 lits en hospitalisation de jour ;
 – 3 blocs opératoires

Le centre d’orthogénie et de Planification familiale
 – 2 300 IVG / 727 anesthésies générales / 712 anesthésies locales ;
 – 8 lits en hospitalisation de jour ;
 – une équipe de 15 professionnels aux compétences complémentaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.