Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pose de la 1ère pierre du pôle régional de cancérologie

Au cours d'une cérémonie officielle, le professeur Dominique Maraninchi, président de l'Institut national du cancer a posé la première pierre du futur pôle régional de cancérologie, en présence de Jacques Santrot, président du conseil d'administration du Centre hospitalier universitaire de Poitiers, de Jean-Pierre Dewitte, directeur général, et du Professeur Joseph Allal, président de la commission médicale d'établissement, le mercredi 12 septembre 2007. 200 personnes ont assisté à cette cérémonie : professionnels de santé, tutelles, associations d'usagers et partenaires de l'établissement...

Au cours d’une cérémonie officielle, le professeur Dominique Maraninchi, président de l’Institut national du cancer a posé la première pierre du futur pôle régional de cancérologie, en présence de Jacques Santrot, président du conseil d’administration du Centre hospitalier universitaire de Poitiers, de Jean-Pierre Dewitte, directeur général, et du Professeur Joseph Allal, président de la commission médicale d’établissement, le mercredi 12 septembre 2007. 200 personnes ont assisté à cette cérémonie : professionnels de santé, tutelles, associations d’usagers et partenaires de l’établissement…

Centre d’expertise et de recours en Poitou-Charentes pour la chirurgie du cancer, la radiologie interventionnelle, l’oncologie médicale, la radiothérapie et les traitements combinés, le pôle régional regroupera en un même lieu toutes les activités de soins, d’enseignement et de recherche en cancérologie. Le pôle vise l’excellence et pour l’atteindre il mise sur la pluridisciplinarité et le rapprochement des différents médecins et chirurgiens spécialistes. Une organisation originale qui, selon le Pr Maraninchi, « pourrait servir de modèle aux autres structures ».

Ainsi, le patient trouvera à sa disposition une offre de soins complète : des consultations à la réalisation des traitements, des secteurs d’hospitalisation traditionnels et de jour. La structure sera également ouverte aux spécialistes d’organes pour des consultations et avis médicaux pluridisciplinaires.

Le pôle de cancérologie en chiffres
Surface totale des locaux : 13 000 m2 répartis sur quatre niveaux
Capacité : 135 lits et places.
Le plateau technique de radiothérapie et curiethérapie doté de quatre salles de traitement et d’un scanographe dosimétrique, occupera 2 000 m² au rez-de-chaussée.

L’activité par niveau
Le hall d’accueil permettra l’accès au plateau de consultations, à l’hôpital de jour d’oncologie (45 places) et à des salles techniques.

Les niveaux supérieurs d’hospitalisation accueilleront l’oncologie médicale (30 lits) et l’oncologie radiothérapique (9 lits), l’hospitalisation de semaine (26 lits) et l’oncologie hématologique (24 lits dont 8 dédiés aux greffes de moelle osseuse).

Enfin, relié par passerelles à Jean-Bernard, le pôle régional de cancérologie sera en liaison avec le plateau d’imagerie, le bloc opératoire et la réanimation.

Le CHU de Poitiers : référent en Poitou-Charentes pour la cancérologie
En 2006, 6 600 patients atteints d’une pathologie cancéreuse dont 3 700 nouveaux patients ont fait confiance au CHU de Poitiers.
Pour l’établissement, la cancérologie représente plus de 54 000 séjours en hospitalisation dont 46 000 en ambulatoire pour un traitement chimiothérapique ou radiothérapique.

Le CHU de Poitiers prend en charge tous les cancers, les plus nombreux étant ceux de l’appareil digestif, du sein, des organes génitaux masculins (prostate), du sang et du système lymphatique, et de l’appareil respiratoire (poumon).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”