Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Première labellisation INSERM

Le label INSERM, obtenu pour la recherche ischémie-reperfusion en transplantation rénale, porte sur la conservation des greffons rénaux. Ce programme vise à augmenter le nombre de transplantations rénales en limitant les risques de lésions qui peuvent survenir lors de la conservation et du transport du donneur au receveur.

Le label INSERM, obtenu pour la recherche ischémie-reperfusion en transplantation rénale, porte sur la conservation des greffons rénaux. Ce programme vise à augmenter le nombre de transplantations rénales en limitant les risques de lésions qui peuvent survenir lors de la conservation et du transport du donneur au receveur.

L’INSERM récompense ainsi les travaux menés par deux équipes universitaires de recherche : le groupe de recherche en transplantation multiviscérale (GRTMV EA 2624) sous la responsabilité du Pr Carretier travaillant en étroite collaboration avec l’INRA et le groupe d’études des mécanismes cellulaires de l’ischémie (GEMCI EA 1223) sous la responsabilité du Dr Tallineau et du Pr Mauco.


« Ce label complète le positionnement du CHU qui se distinguait déjà dans le domaine des soins, de l’enseignement et qui s’affirme dans sa mission de recherche» précise Jean-Pierre Dewitte, Directeur Général.

Près de 250 malades en attente de greffe rénale décèdent chaque année en France. A la pénurie de donneurs (il en manque plusieurs centaines par an) s’ajoutent les difficultés de conservation des greffons. Les chercheurs ont constaté que, privé d’oxygène, le rein s’altère. C’est un phénomène appelé « syndrome d’ischémie-reperfusion ». « Nos recherches visent à mettre en place des protocoles de conservation qui améliorent la survie du rein greffé et de réparation des lésions – en particulier pour les organes dits « limites » (donneurs à coeur arrêté) – et par là même d’accroître les chances de survie et de qualité de vie du patient transplanté ». explique le Pr Mauco, directeur de la nouvelle équipe INSERM ERM324.

De la cellule à l’homme
Le groupe recherche en transplantation multi-viscérale conduit par le Pr. Michel Carretier à l’INRA, et le groupe de biochimistes des mécanismes cellulaires de l’ischémie sous la responsabilité du Dr Tallineau et du Pr Mauco réunis dans la nouvelle structure INSERM proposeront des tests de protocoles améliorés de conservation des greffons rénaux et des moyens de diagnostic et de pronostic relatifs à l’évolution des greffons. Ce projet fédère des équipes complémentaires qui privilégient l’approche globale du sujet : biologie fondamentale, anatomie cyto-pathologique, chirurgie expérimentale sur des modèles animaux avec l’aide de l’INRA et recherche clinique au CHU de Poitiers et dans un consortium de transplanteurs. Le recours à ces différentes disciplines et spécialités permettra de mieux évaluer la qualité et l’état réel des organes à transplanter. Cette approche sera renforcée très prochainement avec l’installation d’un spectromètre RMN dans le cadre du 6ème contrat de plan Etat-Région.

L’insuffisance rénale en France
Maladie très répandue, l’insuffisance rénale aboutit à la mise sous dialyse et éventuellement à la greffe rénale. Ainsi 3 000 greffes rénales sont pratiquées en France dont une cinquantaine à Poitiers.
La dialyse coûte 3% de la branche maladie de la sécurité sociale.


La promotion de la recherche à Poitiers

« L’année 2002 restera une grande année pour la promotion de la recherche » se réjouit Jacques Santrot, Président du Conseil d’Administration qui a rappelé à cette occasion l’ouverture du Centre de Recherche Clinique et l’octroi de 300 000 ? pour la construction d’un laboratoire de recherche appliquée.

L’Institut National en Santé Et Recherche Médicale
Seule organisation en recherche publique travaillant uniquement dans le domaine de la santé, l’INSERM représente 261 unités, 87 équipes, 13 000 personnes dont 4 747 agents de l’institut,un budget de 445 millions d’euros en 2001. L’INSERM assure un rôle de veille et d’expertise en santé et en recherche médicale ainsi qu’un rôle de transfert vers les applications cliniques. Enfin, l’INSERM effectue des travaux aussi bien en biologie fondamentale qu’en recherche clinique appliquée, de la cellule à l’homme, et par la collaboration entre les chercheurs « scientifiques » et les médecins cliniciens.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”