Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Prévenir les maladies cardiovasculaires : La stratégie d’Amiens

La mortalité cardio-vasculaire a le triste privilège de la première place en France. La Picardie souffre en plus d'une surmortalité de 10% par rapport à la moyenne nationale. Pour lutter contre ce fléau, il existe une arme efficace mais insuffisamment exploitée : la prévention. C'est pourquoi le Programme Régional de Santé des maladies cardiovasculaires a privilégié la création d'un Pôle de Prévention et d'Education du Patient dans chacun des huit secteurs sanitaires de Picardie. Ces pôles sont portés par l'hôpital pivot du secteur.

A Amiens, le pôle est situé depuis juin 2000 au Groupe Hospitalier Sud. En avril 2001, il quittera les locaux du CHU pour le centre-ville, se rapprochant ainsi de son public-cible. Véritable outil de soutien éducatif à disposition des médecins, le pôle aide les patients victimes d’accident cardiovasculaire ou susceptibles de l’être, à comprendre et à maîtriser cette maladie. Pour ce faire, le pôle agit sur la globalité des facteurs de risque.
Les facteurs de risque ont été clairement répertoriés :
– le tabagisme
– l’hypertension artérielle
– l’obésité
– les dyslipidémies
– le diabète
– la sédentarité
– le stress.

La formation des patients

Les patients, adressés par leur médecin traitant généraliste ou spécialiste, sont accueillis par une équipe multidisciplinaire constituée d’un médecin référent, d’un cardiologue, d’une psychologue, d’une infirmière, d’une diététicienne et d’une secrétaire. Le pôle ne prescrit aucun médicament ni examen ; sa tâche est entièrement dédiée à l’éducation du patient selon un plan de formation adapté à chaque personne.
Les techniques utilisées
Après une première consultation d’évaluation du facteur de risque, un programme de prévention est établi. Il comprend une aide à l’arrêt du tabac, des conseils de diététique, une incitation à l’activité physique et un soutien à l’observance médicamenteuse.
Des séances d’information sont aussi proposées aux patients hospitalisés dans les services de cardiologie, de chirurgie cardiaque, de réanimation, de chirurgie vasculaire et thoracique et à leur conjoint.
D’autres prestations viennent compléter le dispositif telles que : des séances de relaxation et de gestion de stress, de cuisine thérapeutique, la formation des professionnels (IFSI, institut de formation en soins infirmiers – personnel de l’Education Nationale) à la prévention des risques cardiologiques, le soutien aux manifestations grand public comme le parcours du c?ur ou la journée mondiale de lutte contre le tabac, des journées portes ouvertes à thème?

L’évaluation des pratiques préventives

Pour homogénéiser la prise en charge éducative dans les 8 secteurs sanitaires, un dossier commun du patient a été élaboré par les référents de pôles ainsi qu’une évaluation des actions de prévention. Ce travail est coordonné par le Pr Lalau.

Bientôt un RESEAU AVC (accidents vasculaires cérébraux) sera créé avec pour objectif de connecter les 8 pôles ainsi que tous les acteurs concernés par la prise en charge préventive et curative des accidents vasculaires cérébraux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.