Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Procréation médicalement assistée le nouveau centre rouennais

L’inauguration de ses nouveaux locaux offre au Centre clinique d’Assistance Médicale à la Procréation du CHU‐Hôpitaux de Rouen l’occasion de revenir sur ses succès : la naissance du 1er bébé don d’ovocytes en janvier 2016, l’attractivité du centre qui en 10 ans a multiplié par 2 le nombre de ponctions pour atteindre le chiffre de 500 en 2015. Le centre a également élargi son offre proposant aux malades atteints de cancer la conservation des spermatozoïdes et du tissu testiculaire, pour les hommes, des ovocytes et du tissu ovarien, pour les femmes. Les patientes souffrant d'endométriose bénéficie également de cette offre.
L’inauguration de ses nouveaux locaux offre au Centre clinique d’Assistance Médicale à la Procréation du CHU‐Hôpitaux de Rouen l’occasion de revenir sur ses succès : la naissance du 1er bébé don d’ovocytes en janvier 2016, l’attractivité du centre qui en 10 ans a multiplié par 2 le nombre de ponctions pour atteindre le chiffre de 500 en 2015. Le centre a également élargi son offre proposant aux malades atteints de cancer la conservation des spermatozoïdes et du tissu testiculaire, pour les hommes, des ovocytes et du tissu ovarien, pour les femmes. Les patientes souffrant d’endométriose bénéficie également de cette offre.
Les nouveaux locaux du centre clinique d’assistance médicale à la procréation (AMP) du CHU‐Hôpitaux de Rouen ont été inaugurés le 6 juin 2016 au pavillon femme mère et enfant de l’hôpital Charles‐Nicolle. Le centre traite l’infertilité des couples en effectuant des explorations, le prélèvement des ovocytes, leur insémination et la fécondation in vitro.
Ouvert en 1989, le Centre d’Assistance Médicale à la Procréation du CHU‐Hôpitaux de Rouen a vu son activité fortement augmenter ces 10 dernières années, passant de 250 ponctions de FIV par an en 2005, à près de 500 en 2015. Cet acte chirurgical vise à obtenir « in vitro » des embryons à partir des ovocytes ponctionnés et des spermatozoïdes.  
Le centre s’est aussi diversifié. Trois domaines en particulier sont en plein développement : le don d’ovocytes, la préservation de fertilité et la recherche.
Le don d’ovocytes
Suite au rapport de l’IGAS en 2011 faisant le constat de l’insuffisance de moyens dédiés à cette activité en France (500 dons/an alors que la demande approche les 2 000 demandes), les pouvoirs publics ont autorisé plusieurs centres à mettre en place le don d’ovocytes, dont le CHU‐Hôpitaux de Rouen. L’autorisation, obtenue en 2013, a permis la 1ère ponction fin 2014, et le nombre de dons augmente progressivement. Le 1er bébé don d’ovocytes est né en janvier 2016, et fait aujourd’hui le bonheur de ses parents.
La préservation de fertilité
Elle concerne entre autres les patients et patientes atteints de cancer, et dont on sait que la maladie et /ou les traitements peuvent rendre stérile. Il est ainsi proposé aux hommes de conserver des spermatozoïdes (comme dans tous les CECOS ‐ Centres d’Études de Conservation des OEufs et du Sperme humain), mais aussi du tissu testiculaire de jeunes garçons (ce qui ne se fait pas ailleurs). Pour les femmes et les jeunes filles, il est proposé soit une conservation d’ovocytes, soit de tissu ovarien. L’objectif est de leur permettre, une fois la guérison obtenue, de pouvoir fonder une famille. Mais le CHU de Rouen est également l’une des rares équipes françaises à proposer la préservation de fertilité chez des femmes atteintes de cette redoutable maladie qu’est l’endométriose.
La recherche
Rouen est un des rares centres d’AMP nationaux adossé à sa propre équipe de recherche. Atout indéniable, ce lien essentiel entre recherche fondamentale et application clinique contribue à renforcer la notoriété nationale et internationale de l’unité. Aujourd’hui, les scientifiques orientent tout particulièrement leurs travaux sur les traitements innovants de l’endométriose et la préservation de la fertilité du jeune garçon

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.