Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Recherche et innovation : la dynamique toulousaine

« La recherche est notre chance, nous devons en être fiers ! » annonce le Pr Hélène Hanaire, présidente de la délégation à la recherche clinique et à l'innovation et chef du service de diabétologie – maladies métaboliques – nutrition. Quelques chiffres traduisent la dynamique induite par ce super outil de valorisation des travaux hospitalo-universitaires : près de trois mille patients inclus chaque année dans des essais cliniques, plus de 520 projets de recherche clinique en cours, six nouveaux projets financés au titre du PHRC national pour un montant total de 1,65 million d'euros en 2007 et trois au titre du PHRC interrégional. Autre source de contentement : l'augmentation de 27,3 % entre 2002 et 2006 de la production scientifique du CHU. Quant à son taux de publication dans les revues scientifiques de haut niveau, il est supérieur de trois points à la moyenne nationale.

« La recherche est notre chance, nous devons en être fiers ! » annonce le Pr Hélène Hanaire, présidente de la délégation à la recherche clinique et à l’innovation et chef du service de diabétologie – maladies métaboliques – nutrition. Quelques chiffres traduisent la dynamique induite par ce super outil de valorisation des travaux hospitalo-universitaires : près de trois mille patients inclus chaque année dans des essais cliniques, plus de 520 projets de recherche clinique en cours, six nouveaux projets financés au titre du PHRC national pour un montant total de 1,65 million d’euros en 2007 et trois au titre du PHRC interrégional. Autre source de contentement : l’augmentation de 27,3 % entre 2002 et 2006 de la production scientifique du CHU. Quant à son taux de publication dans les revues scientifiques de haut niveau, il est supérieur de trois points à la moyenne nationale.

Ce bilan très honorable est l’occasion de rappeler la vocation de la DRCI et son mode de fonctionnement. Cette direction conseille et soutient dans le choix, l’élaboration et la rédaction de leur projet de recherche, mais aussi dans son financement, sa conduite et sa valorisation. Une circulaire de décembre 2006 élargit désormais son champ de délégation à l’innovation. En mai 2007, la commission médicale d’établissement a fait évoluer la configuration de la DRCI en associant à la composante recherche clinique une composante innovation. Le copilotage de la DRCI est assuré par le Pr Hanaire et Mme Isabelle Dandin, directeur délégué. Le Pr Michel Soulié (urologie, cancérologie – Rangueil) et le Dr Virginie Woisard (ORL – pôle des voies respiratoires) sont plus particulièrement chargés de la composante innovation

La DRCI et ses partenaires
Quatre unités fonctionnelles sont mises à la disposition des investigateurs : analyse méthodologique et statistique, investigation clinique, monitorage (préparation et dépôt des dossiers), expertise réglementaire, juridique et éthique. Les contrats d’interface entre le CHU décloisonnent recherche fondamentale et recherche clinique. Le Centre d’investigation clinique (CIC), créé en 1994 entre le CHU et l’Inserm offre aux investigateurs du CHU une structure adaptée sur le plan pratique (locaux, personnels) et réglementaire (bonnes pratiques cliniques, loi Huriet) pour concevoir et réaliser des études de recherche clinique. Pour aller plus loin, la DRCI implique les pôles cliniques en invitant un représentant de chacun d’eux à siéger au sein de ses instances. Elle développe les interfaces avec la clinique universitaire du cancer et rend plus active la place du CHU dans l’interrégion. Aujourd’hui, elle travaille à mieux faire connaître son offre de services à la communauté médicale.

L’innovation au bénéfice de l’activité clinique
Les appels à projet dans le champ de l’innovation concernent la mise en oeuvre d’activités nouvelles, dont la pertinence et l’intérêt diagnostique et/ou thérapeutique ont été validés par une étape préalable de recherche. Avec l’appui des Merri (Missions d’enseignement, de recherche, de références et d’innovation), c’est un budget de 1,9 million d’euros sur trois ans que le CHU affectera à l’innovation. Par ailleurs, depuis 2000, le programme ministériel de soutien aux techniques innovantes et coûteuses (Stic) permet chaque année de financer des projets d’ampleur nationale présentant un impact potentiel important sur le système des soins.

La contribution du secteur privé
Le ministère de la Santé a favorisé, en mars 2007, la création d’un groupement d’intérêt public, le Cengeps (Centre national de gestion des essais des produits de santé, une association de partenaires publics et privés – hôpitaux, Inserm, Leem, entreprises du médicament). Sa mission : faciliter la coordination, la gestion des essais cliniques et leur promotion industrielle. De telles recherches sont très coûteuses en temps pour les cliniciens investigateurs, qui ont besoin de s’appuyer sur des techniciens de recherche clinique. Les fonds collectés par le Cengeps, sous forme d’une taxe payée par les industriels du médicament, contribueront à leur financement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”