Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Risque médical : un coût en hausse

291,2 millions d’euros. C’est le montant des indemnités versées en 2014 par Sham aux 11 000 patients ayant subi un dommage au cours d’un soin. Une somme en hausse de 11% par rapport à 2013 du fait de la progression du nombre de réclamations (+5,3%) et de l’augmentation du règlement moyen des indemnités (+13%). Quant aux cas les plus lourds, Sham n’enregistre aucun dérapage. Comme les années précédentes, la moitié des règlements provient de 5% des sinistres les plus graves : 250 en 2014 ; la majorité étant des cas d’invalidité cérébrale motrice, des accident de naissance, des séquelles de chirurgie orthopédique ou de neuro chirurgie. L’assureur constate aussi une croissance du nombre de réclamations concernant les dispositifs médicaux.

291,2 M€. C’est le montant des indemnités versées en 2014 par Sham aux 11 000 patients ayant subi un dommage au cours d’un soin. Une somme en hausse de 11% par rapport à 2013 du fait de la progression du nombre de réclamations (+5,3%) et de l’augmentation du règlement moyen des indemnités (+13%). Quant aux cas les plus lourds, Sham n’enregistre aucun dérapage. Comme les années précédentes, la moitié des règlements provient de 5% des sinistres les plus graves : 250 en 2014 ;  la majorité étant des cas d’invalidité cérébrale motrice, des accident de naissance, des séquelles de chirurgie orthopédique ou de neuro chirurgie. L’assureur constate aussi une croissance du nombre de réclamations concernant les dispositifs médicaux.
« La relation aux soins évolue. Le patient est, à juste titre, exigeant et fait état de nouveaux préjudices comme le défaut d’information – même s’il n’existe pas de fait dommageable ou la non reconnaissance de la douleur – même quand une opération s’est bien déroulée. » commente Dominique Godet, directeur général du groupe Sham à l’occasion de la présentation à la presse du bilan 2014/ perspective 2015
Le principal assureur français de responsabilité civile médicale compte dans son portefeuille 75% des établissements publics dont 28 CHU sur 32 et un gros tiers des cliniques et la moitié des maisons de retraite.
Malgré un contexte compliqué caractérisé par une intensité concurrentielle élevée, une augmentation continue du coût et du nombre des indemnisations et une tension sur les prix qui contraint les tarifs, Sham enregistre un chiffre d’affaire de 311,4 M€ en 2014, en hausse de + 2,4% par rapport à 2013. De bons résultats dus à l’effort de diversification de l’entreprise qui s’est présentée avec succès sur les marchés des cliniques privées et des maisons de retraite. La couverture de proximité proposée et les nouveaux secteurs compensent la baisse enregistrée sur la responsabilité civile médicale : +20% de croissance dans les secteurs du social et médico-social.
Aujourd’hui, Sham se présente sous la nouvelle entité Groupe Sham puisqu’elle regroupe désormais la société de courtage Sofaxis acquise au dernier trimestre 2013 . Le résultat net du groupe s’établit à 16,7M€, en progression de 17% par rapport à 2013. Ses provisions qui s’élèvent à 1,8 Md€ dont une partie est placée en supports obligataires, actions et financement de jeunes sociétés, génèrent une rentabilité de 34,2M€, en diminution; les taux en 2014 étant proches de 0,46%. « Difficile dans ces conditions de maintenir une gestion financière à la fois prudente et rémunératrice » reconnaît Dominique Godet.
Une percée réussie sur le marché espagnol de la responsabilité civile médicale permet à Sham de gagner des parts de marché auprès des établissements publics et privés et des professionnels de santé espagnols en modélisant le concept français fait son ADN : un acteur intégré, mutualiste, en très grande proximité, intervenant sur des risques longs avec une lecture globale des aléas lui permettant de proposer des solutions d’ensemble qui font la différence…

En 2015, Sham entend conforter ses positions et diversifier ses activités en France et continuer à se développer en Europe.

A propos de Sham

Créée en 1927, Sham est une société d’assurance mutuelle spécialisée dans l’assurance et le management des risques des acteurs de la santé, du social et du médico-social, opérateur de référence français en matière de responsabilité civile. Sham compte 9 467 sociétaires – personnes physiques et morales – et gère 1,7 milliard d’actifs. Basée à Lyon, Sham emploie 330 personnes et a réalisé 311,4 M€ de chiffre d’affaires en 2014. En partenariat avec la Mutuelle Nationale Territoriale et la Mutuelle Générale de l’Education Nationale, Sham fait l’acquisition du courtier Sofaxis en 2013. Fort d’un portefeuille d’activités de 725 M€ de primes collectées, le nouvel ensemble se positionne comme un acteur de référence au service de la filière des soins à la personne et du monde territorial.
www.sham.fr
A propos de Sofaxis
Créé voici près de 30 ans, Sofaxis est l’un des principaux courtiers français en assurance de personnes auprès des collectivités territoriales et des établissements hospitaliers. Sofaxis est l’interlocuteur de référence des décideurs locaux en matière de protection sociale, de gestion des ressources humaines et de performance publique. Avec près de 500 collaborateurs sur deux sites, Vasselay (Cher) et Orléans, Sofaxis totalise 22 000 clients représentant 796 000 agents publics, et a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 64,5 M€ pour 446 M€ de primes collectées.
www.sofaxis.com

Sham et Sofaxis forment ainsi un ensemble singulier, le groupe Sham, conjuguant les savoir-faire de l’assurance, du courtage, du conseil et des services et proposant à ses clients une approche globale de management de leurs risques, de l’assurance de leurs biens et de leurs responsabilités jusqu’à l’assurance de leurs collaborateurs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.