Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Séniors : Lyon lance les tests de dépendance – une 1ère en Rhône Alpes

Les Hospices Civils de Lyon ouvrent une nouvelle consultation pour prévenir la perte d’autonomie des personnes âgées. L’occasion d’attirer l’attention des séniors sur les mesures à prendre pour diminuer le risque de dépendance : une bonne alimentation et une activité physique adaptée.

Les Hospices Civils de Lyon ouvrent une nouvelle consultation pour prévenir la perte d’autonomie des personnes âgées. L’occasion d’attirer l’attention des séniors sur les mesures à prendre pour diminuer le risque de dépendance : une bonne alimentation et une activité physique adaptée.
Les consultations mémoire aident au diagnostic des maladies neurodégénératives. De la même manière, les consultations de dépistage du risque de dépendance participent à la prévention de la perte d’autonomie. Elles s’adressent aux personnes âgées de plus de 70 ans qui ont des difficultés à se lever d’un fauteuil sans s’aider des bras, à porter un panier à commission, à monter 10 marches d’escalier… ou qui ont maigri dernièrement, ou ont eu au moins 2 chutes au cours de l’année
« Au cours du vieillissement, on enregistre une perte progressive de la force et de la fonction musculaire ainsi que des capacités d’endurance. Les gestes du quotidien exigent alors de nous le maximum de nos capacités » explique le Pr Marc Bonnefoy, à l’initiative de la consultation et gériatre au Centre Hospitalier Lyon Sud. Un test simple (marche, équilibre, levée de fauteuil) pendant la consultation permet d’évaluer le degré de fragilité de la personne âgée. S’ensuit des conseils diététiques et des exercices de renforcement musculaire doux et adéquats à réaliser 2 fois par semaine chez soi ainsi que des astuces pour augmenter l’activité physique au quotidien.
3 mois après, les patients réalisent des performances nettement meilleures à l’épreuve, (+ 2 points ce qui est très significatif pour ce test ) les éloignant du risque de chute et de perte d’autonomie.

Après une consultation de prévention, simple, sans examens invasifs, la personne âgée constatera des résultats encourageants et durables dans le temps si elle maintient son activité physique.
Prise de rendez-vous au service de gériatrie du Centre Hospitalier Lyon Sud – Tél 04 78 86 37 04.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.