Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Télémédecine : des téléconsultations pré-anesthésiques aux Hospices Civils de Lyon (HCL)

Véritables consultations, les consultations pré-anesthésiques par téléphone sont proposées par les Hospices Civils de Lyon aux patients connus et volontaires, suivis dans le cadre de chirurgies répétées. « Plébiscitée par les futurs opérés et par les professionnels de santé, cette offre ne bénéficie toujours pas de financement adapté et ne peut être généralisée faute de modèle économique pertinent ! » déplore la Fédération Hospitalière de France qui s’appuie sur cet exemple pour illustrer sa campagne "déverrouillons la télémedecine".
Véritables consultations, les consultations pré-anesthésiques par téléphone sont proposées par les Hospices Civils de Lyon aux patients connus et volontaires, suivis dans le cadre de chirurgies répétées. Il s’agit majoritairement de jeunes actifs qui apprécient la souplesse de ce rendez-vous téléphonique effectué la plupart du temps entre 12 et 14h. Ces patients évitent ainsi un déplacement à l’hôpital et une absence de leur travail ou de leur école. Quant au médecin anesthésiste il peut optimiser l’organisation de son emploi du temps. « Plébiscitée par les futurs opérés et par les professionnels de santé, cette offre ne bénéficie toujours pas de financement adapté et ne peut être généralisée faute de modèle économique pertinent ! » déplore la Fédération Hospitalière de France qui s’appuie sur cet exemple pour illustrer sa campagne "déverrouillons la télémedecine".
« Au total, 110 consultations par téléphone ont pu être réalisées sur un trimestre. Cette activité représente un peu moins de 10% de l’activité totale de la consultation de certaines spécialités (ORL, Maxillo-facial, gastro-entérologie, imagerie, ambulatoire) et pourrait facilement être doublé, notamment dans le cadre du virage ambulatoire » estime Nathalie Borgne, Directrice adjointe du pôle efficience performance, en charge des projets médicaux innovants et de la télémédecine aux HCL. 
Déployée dans un premier temps au profit des patients détenus, les téléconsultations pré-anesthésiques ont été élargies à un public de patients venant régulièrement pour des interventions. Le protocole opérationnel a été élaboré en respectant d’une part, les recommandations de la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation portant sur les consultations pré-anesthésiques, de celles de la HAS, et d’autre part, le décret sur la sécurité anesthésique et le décret relatif à la télémédecine. Il a été validé par le collège des anesthésistes des Hospices Civils de Lyon et les chirurgiens des disciplines concernées. Cette expérience fait l’objet d’une évaluation au sein du service d’anesthésie de l’hôpital Lyon Sud (HCL). 
Dans une spécialité particulièrement en difficulté en termes de démographie médicale, les téléconsultations pré-anesthésiques constituent un levier d’efficience en évitant des transferts et des déplacements coûteux.
Pour autant, en l’absence de valorisation financière, la charge est intégralement portée par l’établissement hospitalier qui ne bénéficie pas des recettes générées alors même que le dispositif contribue à faire des économies à l’assurance maladie. 
Pour la FHF, « Ces nouvelles pratiques doivent  servir de base à la mise au point d’un modèle financier adapté ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.