Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Télémédecine en périnatalité

Depuis mai dernier, le Centre de diagnostic prénatal et de médecine f?tale du CHU d'Angers a mis en place une procédure de téléconsultation via le visiostaff. Ainsi les praticiens de certains hôpitaux périphériques peuvent, à distance, solliciter l'avis des experts du CHU sur des dossiers complexes en matière de diagnostic prénatal. Les décisions prises plus rapidement, dans un environnement de haute expertise, améliorent l'offre de soins proposée aux parturientes de la région.

En février 1999, l’Agence Régionale de l’Hospitalisation des Pays de la Loire a fait part de l’appel à projet, organisé par le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité et le Ministère de l’Aménagement du Territoire, relatif à des projets de télémédecine en médecine périnatale. L’objectif de cette démarche était de renforcer dans ce domaine le travail coopératif entre établissements.

A ce titre, le CHU d’Angers a déposé un dossier de télémédecine en médecine périnatale principalement orienté sur la visioconférence (visiostaff pluridisciplinaire et visioformation). Ce dossier a été élaboré en concertation avec les centres hospitaliers de :
– Cholet,
– Sablé – La Flèche
– et du Haut Anjou.
En 2000, ces établissements totalisaient 7 115 accouchements .

Le coût global de cette opération s’élève à 1 200 000 F, 182 939?. Elle a bénéficié d’une subvention à hauteur de 40 %, versée par la Direction des Hôpitaux et la DATAR.
La visioconférence de télémédecine est opérationnelle depuis le 23 mai 2001.
Le projet de télémédecine répond à 2 objectifs principaux :
– améliorer la prise en charge des patientes et l’expertise médicale
– améliorer la formation médicale continue

La téléconsultation, via le visiostaff, favorise une prise en charge plus adaptée des patientes et améliore l’expertise médicale.
En tant que centre de référence en matière de pathologies f?tales et materno f?tales, le C.H.U. d’Angers organise depuis 1999 une réunion hebdomadaire de diagnostic prénatal traitant des dossiers particulièrement complexes.

Ce staff multidisciplinaire est la pierre angulaire du fonctionnement du Centre de diagnostic prénatal et de médecine f?tale, agréé le 04/05/99.

Il coordonne les expertises de praticiens compétents en échographie, obstétrique, génétique, radiologie, néonatalogie, chirurgie pédiatrique. Ouvert aux praticiens des autres établissements, il ne réunit en pratique, pour des raisons de disponibilité et de coût, que les médecins proches d’Angers. Aujourd’hui, la visioconférence permet la diffusion de ce staff hebdomadaire à l’ensemble des hôpitaux participant au projet de télémédecine.

La visioconférence favorise l’aide à la décision et le partage d’expériences entre praticiens.

Conjuguant à la fois gain de temps et haut niveau d’expertise, ce staff « télémédecine » permet d’obtenir à distance, dans les cas difficiles, un avis spécialisé sans déplacement des praticiens. Les décisions prises plus rapidement sont adaptées au cas de chaque patiente.
La visioconférence participe aussi a l’amélioration de la formation médicale continue notamment par l’étude de cas rares et complexes.

Demain, une messagerie médicale

La mise en place d’une messagerie médicale est prévue pour le recueil d ‘avis non urgents. Une réponse hebdomadaire sera assurée aux praticiens.
La mise en ?uvre du projet de télémédecine vise à améliorer le fonctionnement du réseau actuel. Il permet de sélectionner les transferts et les hospitalisations et d’améliorer l’efficacité d’une prise en charge au plus près du domicile de la patiente.

Le fonctionnement technique
Le système de télémédecine fonctionne grâce au réseau RNIS distribué par France Télécom. Il a vocation à s’intégrer dans le réseau régional à haut débit.

Chacun des sites comprend un équipement de visioconférence avec possibilité de projeter les images sur grand écran ce qui leur permet de participer au staff de diagnostic prénatal comme s’ils étaient physiquement présents.
Auteurs : Professeur DESCAMPS, Chef du Service de Gynécologie-Obstétrique,
Agnès SAVALE, Directeur Adjoint -Cellule d’Analyse de Gestion, Direction des Usagers des Finances et du Système d’Information

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”