Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Reconstruire le site principal : une nécessité ! Les locaux actuels peu évolutifs et trop exigus ne pouvaient donner corps aux orientations du projet médical ni permettre le regroupement des unités en pôles. Impossible également de restructurer le plateau technique ou de développer l'ambulatoire. La décision d'édifier un nouveau CHU s'est donc imposée dès 2002.

Reconstruire le site principal : une nécessité !
Les locaux actuels peu évolutifs et trop exigus ne pouvaient donner corps aux orientations du projet médical ni permettre le regroupement des unités en pôles. Impossible également de restructurer le plateau technique ou de développer l’ambulatoire. La décision d’édifier un nouveau CHU s’est donc imposée dès 2002. Ce diagnostic partagé par toutes les instances internes fut ratifié en conseil d’administration au cours du mois de juin 2003 puis approuvé par l’agence régionale d’hospitalisation en février 2004.


Comment définir un nouvel édifice ?
Des groupes de travail composés de médecins et de cadres élaborèrent le programme technique détaillé, cahier des charges traduisant les organisations futures en locaux et m². Ce document fut remis en 2006 à quatre cabinets d’architectes pour servir de base à leur projet architectural. En juin 2006, les équipes remettaient leur copie. Débutait alors la phase d’analyse des projets où la pertinence des options étaient débattues en commissions. L’étude comparative s’est échelonnée sur 6 mois, de juillet à novembre 2006. Fort de ses travaux préparatoires, le jury désignait le 19 décembre 2006 l’équipe de maîtrise d’oeuvre : la société de conception d’architecture et d’urbanisme Zublena et Cabannes – Thiénot et Ballan architectes – Thales Engineering et Consulting – Le Five.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.