Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un réseau pour de jeunes patients atteints de cancer

Issu d'ONCOMIP, le réseau d'oncologie de la région, un tout nouveau réseau pédiatrique d'hémato-oncologie vient d'être constitué en Midi-Pyrénées. Ce projet émane de l'équipe médicale de l'unité d'hémato-oncologie du département de pédiatrie du CHU de Toulouse. Son fonctionnement est assuré par un praticien hospitalier et trois puéricultrices dont les salaires sont financés par l'Agence régionale d'hospitalisation .

Une fréquentation en hausse du service d’hémato-oncologie pédiatrique

Le Centre hospitalier universitaire toulousain est le centre de référence en hémato-oncologie pédiatrique de la région Midi-Pyrénées, une région sanitaire étendue. Cette situation entraîne, pour les enfants hospitalisés, des temps de trajet importants ainsi qu’un éloignement (souvent difficile à vivre) de leur famille et de leur lieu de vie. Depuis mai 1999, la grande majorité des pathologies malignes de l’enfant sont traitées à l’Hôpital des Enfants, générant une augmentation du nombre de patients qui aboutit à un encombrement du service. De plus, les meilleurs résultats thérapeutiques dans la lutte contre le cancer ou dans la prise en charge des complications liées au traitement ou à la pathologie elle-même génèrent un nombre croissant d’hospitalisations.

Première étape : la mise en place des relais hospitaliers

Pour favoriser le rapprochement des enfants malades de leur lieu de vie, l’équipe du réseau organise le transfert d’une partie de l’activité de l’unité vers les services de pédiatrie des centres hospitaliers généraux. L’unité d’hémato-oncologie pédiatrique de l’Hôpital des Enfants reste le site de référence des patients, des parents et des différents acteurs de soins : médicaux et paramédicaux rattachés au réseau. Cependant, les enfants ne sont plus systématiquement adressés au CHU, c’est au contraire l’équipe du CHU qui se rend dans les différents services de pédiatrie. En collaboration avec eux, elle évalue leurs niveaux de soins, apprécie les connaissances de leur personnel et répertorie les contraintes de chaque site.

Seconde étape : la formation des équipes et l’animation du réseau

La rédaction et la diffusion de procédures de soins infirmiers et médicaux permettent d’assurer la formation théorique des soignants que viennent compléter des journées à thèmes.
En parallèle, les puéricultrices assurent la formation pratique des personnels paramédicaux des centres hospitaliers de proximité. Elles accompagnent aussi les enfants lors de leurs premières hospitalisations dans un centre hospitalier général, afin de rassurer le patient et sa famille, souvent déstabilisés face à une nouvelle équipe soignante.

Un cahier pour faire le lien entre parent et équipe hospitalière
Pour assurer une meilleure cohésion entre les différents intervenants auprès de l’enfant, un ? cahier de liaison ? a été confié aux parents. Véritable carnet de santé, ce livret comporte une partie destinée aux médecins, une aux infirmières puéricultrices et la dernière réservée à la famille dans laquelle sera noté tout événement pouvant survenir au domicile.

Ces documents d’information et de liaison (procédure de soins, fiche de liaison?), actuellement sur support papier, seront à terme transférés sur des outils et réseaux informatiques sécurisés.

Des permanences pour soutenir les centres de proximité
Le réseau met à la disposition des centres de proximité le médecin d’astreinte de l’unité d’hémato-oncologie pédiatrique, joignable 24 heures sur 24. Le réseau espère le financement d’une permanence téléphonique 24 heures sur 24 pour les infirmières puéricultrices. De plus, l’équipe du réseau se déplace lorsque les centres de proximité en font la demande. Le réseau, peut également ?uvrer au sein de l’Hôpital des Enfants pour soutenir ou conseiller les équipes qui accueillent des enfants atteints d’un cancer.

Après quelques mois d’existence l’évaluation du niveau de soins de chaque site est achevée et les procédures de soins sont en cours de validation.

Par ailleurs, la formation pratique de certaines infirmières puéricultrices a débuté dans les services de neurochirurgie et de pédiatrie des CHG d’Auch, Albi et Foix. « Cette étroite collaboration au sein d’un réseau sanitaire régional aboutira rapidement à une prise en charge coordonnée des jeunes patients et de leurs familles. » conclut l’équipe du Réseau d’hémato-oncologie pédiatrique : Dr A.I. Bertozzi et les puéricultrices : Mme N. Couteau, Mlle E. Franceschin, Mlle S. Lapeyrade.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”