Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un spray nasal contre l’overdose en pharmacie hospitalière

Les services d'addictologie de l'hôpital de la Croix Rousse et de l'hôpital Edouard Herriot de Lyon vont pouvoir prescrire aux toxicomanes un antidote en cas d'overdose. Une avancée qui va sauver des vies...
Les services d’addictologie de l’hôpital de la Croix Rousse et de l’hôpital Edouard Herriot de Lyon vont pouvoir prescrire aux toxicomanes un antidote en cas d’overdose. Une avancée qui va sauver des vies
Les "save shot" avaient été évoqués au moment de la mort de Prince… L’idée est de mettre à disposition du toxicomane, le traitement qu’appliquent les équipes de secours lorsqu’elles sont alertées pour une overdose. Soit le patient s’auto-administrera " l’antidote ", soit ce sera son entourage, plus probablement, qui le traitera.
Le Nalscue  est ainsi un traitement d’urgence des overdoses aux opioïdes qui peut être désormais dispensé en pharmacie hospitalière. Il fait pour l’instant l’objet d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU). Mais, une fois l’autorisation de mise sur le marché (AMM) obtenue, le dispositif devrait être largement étendu.
Simple d’utilisation mais un effet temporaire
 " Ce spray nasal, à base de Naloxone est simple d’utilisation mais il ne remplace pas la prise en charge du SAMU et l’hospitalisation car son effet est temporaire ", prévient toutefois le Dr Philippe LACK prescripteur du traitement et chef du Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie de l’hôpital de la Croix Rousse. On estime à 350 le nombre des décès annuels par overdose en France, tous types de dépendance confondus.
En France, 180 000 à 250 000 personnes dépendantes à l’héroïne
En France, 180.000 à 250.000 personnes sont dépendantes à l’héroïne. Parmi elles, 60.000 bénéficient de traitement de substitution à la méthadone et 100.000 à la buprénorphine. On compterait d’autre part entre 2 000 et 4 000 morphinomanes. Auxquels s’ajoute un nombre grandissant de personnes abusant de médicaments opiacés qui peuvent elles aussi faire une overdose… 
Dans la région lyonnaise, on évalue le nombre d’usagers de drogue entre 5 600 et 9 500 ; un grand nombre d’entre eux pourraient, à l’avenir, bénéficier de ce nouveau traitement de réduction des risques d’overdose.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.