Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une nouvelle étoile dans la constellation de l’AP-HM

Pavillon de l'Etoile41 000 m² construits sur 5 niveaux, arrivée de 400 agents, augmentation de 25% des capacités d'accueil : avec son nouveau site baptisé "Pavillon de l'Etoile", l'Hôpital Nord se donne les moyens de répondre aux besoins d'un secteur démographique en pleine expansion sur la zone ouest du département et de la région. Le Pavillon de l'Etoile développe de nouvelles activités et accueille cinq services des hôpitaux Sud.

41 000 m² construits sur 5 niveaux, arrivée de 400 agents, augmentation de 25% des capacités d’accueil : avec son nouveau site baptisé « Pavillon de l’Etoile », l’Hôpital Nord se donne les moyens de répondre aux besoins d’un secteur démographique en pleine expansion sur la zone ouest du département et de la région. Le Pavillon de l’Etoile développe de nouvelles activités et accueille cinq services des hôpitaux Sud.

« Le bâtiment Etoile utilise la force de la barre construite par André Devin en 1964, un IGH de 45 m de haut. Il se présente comme une vaste plaque horizontale qui abrite l’ensemble des éléments fonctionnels organisés en bâtiments linéaires. Cette plaque portée à 11 mètres d’altitude, constituée par le plateau technique, répond de manière forte à l’abstraction du bâtiment originel. C’est l’élément emblématique du pavillon de l’Etoile. Notre dispositif architectural épuré autorise cette dualité formelle et fonctionnelle. » Jean-Luc PEREZ, architecte

Avec le Pavillon de l’Etoile, l’hôpital Nord dispose désormais d’un nouveau service de radiothérapie et de tomothérapie en co-utilisation avec l’Institut Paoli-Calmettes, d’un Tep-Scan, d’un nouveau service de chirurgie ambulatoire de 12 lits et d’une nouvelle unité d’hospitalisation de jour de 40 places. Cette unité sera avant tout dédiée à l’activité diagnostique principalement orientée vers la dermatologie, les pathologies respiratoires (allergologie et tests de désensibilisation), la médecine interne, l’activité thérapeutique à travers deux axes essentiels : l’oncologie (digestive, urologique, gynécologique et bronchique) et les maladies inflammatoires digestives intestinales (biothérapies), l’éducation thérapeutique en direction essentiellement des diabétiques et des malades atteints de maladies inflammatoires chroniques intestinales.
Le parcours des patients sera simplifié avec le regroupement des explorations fonctionnelles et des différentes spécialités, les consultations urologiques et endocrinologiques.

Les urgences seront renforcées avec un gain de 20 minutes dans la prise en charge des traumatisés graves. Les équipes de l’Hôpital Nord ont une expérience de plus de 20 ans dans la prise en charge des polytraumatisés. Le service des urgences adultes reçoit chaque jour près de 110 patients, 40 000 à l’année. En 2007 le déchocage a admis 295 traumatisés graves dont 54% sont des victimes des accidents de la voie publique.

D’autres activités seront aussi développées comme la réanimation, les blocs opératoires avec un bloc central de 24 salles et la chirurgie orthopédique.

5 services des hôpitaux Sud seront transférés : département des maladies respiratoires, endoscopie bronchique, chirurgie thoracique, chirurgie urologique, réanimation médicale.

A terme, l’Hôpital Nord est aussi appelé à devenir centre de référence en cancérologie.

Cette nouvelle organisation conforte l’attractivité et le rayonnement interrégional de l’AP-HM et participe au rééquilibrage de l’offre de soins.

Des coopérations stimulées dans la perspective de la loi HPST
Véritable pôle régional de référence, l’hôpital Nord s’inscrit donc dans la constitution des communautés hospitalières de territoire en renforçant les partenariats déjà existants avec les Bouches du Rhône Ouest, le pourtour de l’étang de Berre et les départements alpins.
D’autres axes de développement sont aussi privilégiés pour répondre aux besoins de santé des populations des quartiers à proximité de l’établissement. Un maillage s’organise pour favoriser une offre de soins évitant les déplacements des populations tout en offrant un plateau technique de haut niveau.

Des circulations simplifiées
Un nouveau parc de stationnement destiné aux usagers et visiteurs va être construit afin d’augmenter le nombre de places disponibles. Situé sur le terre-plein utilisé actuellement comme parking visiteurs, il sera relié à l’entrée de l’hôpital par une passerelle et surtout par deux ascenseurs de 6 niveaux qui conduiront les patients et visiteurs directement au parvis du bâtiment principal. En parallèle, des places de parking supplémentaires seront destinées au personnel de l’Hôpital Nord.
Quant aux transports en commun, de nouvelles dessertes sont à l’étude de la communauté urbaine et de la Régie des Transports Marseillais (RTM) . Pour exemple, un travail concerté a permis un nouveau tracé de la ligne 97 de façon à rejoindre directement l’Hôpital Nord depuis le centre ville. Par ailleurs, les agents de l’AP-HM disposent désormais, grâce à une participation financière de l’institution, de réductions sur les abonnements urbains et du département.

Le pavillon de l’Etoile en chiffres
Coût de l’opération 77 millions d’euros dont 35% financés par Hôpital 2007
4 millions d’euros supplémentaires octroyés par le Conseil Général 13 pour le financement d’équipements lourds en oncologie

Le nouveau bâtiment d’une capacité de 170 lits et places s’étend sur 41.000m² sur 5 niveaux. Il permet une augmentation de 25% de la capacité d’accueil de l’hôpital Nord
400 agents supplémentaires sont attendus sur le site
10 passerelles de connexion avec le bâtiment central

Equipement
Bloc opératoire dernière génération de 12 salles
1 appareil de tomothérapie couplé à un plateau dédié à la radiothérapie
1 Héliport

Construction : Dumez Méditerranée

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.