Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Victimes de violence conjugale : journée interprofessionnelle au CHU d’Angers

L'an dernier 118 femmes ont succombé aux coups portés par leur conjoint ou ex-conjoint rappelle le Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) la veille de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. Acteur majeur de prévention, le CHU d’Angers fait sienne cette grande cause. Pour apporter une réponse collective à ce problème crucial de société, le CHU réunit les acteurs du monde médical et social, le 26 novembre 2015.
L’an dernier 118 femmes ont succombé aux coups portés par leur conjoint ou ex-conjoint rappelle le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) en cette veille de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. Acteur majeur de prévention, le CHU d’Angers fait sienne cette grande cause. Pour apporter une réponse collective à un problème crucial de société, le CHU réunit les acteurs de monde médical et social, le 26 novembre 2015.
L’initiative, portée par le service de médecine légale de l’établissement, met à l’honneur le Pr. Henrion, auteur en 2001 d’un état des lieux inédit et alarmant sur les situations de violences conjugales. Son rapport a inspiré une politique gouvernementale volontariste en faveur des femmes victimes. A la tribune également Madame Ernestine Ronai, militante de longue date et coordonnatrice de la Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences (Miprof).
Pour prévenir les situations dramatiques, une coopération est requise entre tous les intervenants 
L’enjeu : activer un réseau de soutiens experts, si possible en amont des situations de crise et accompagner les victimes dans leur projet de reconstruction. Il s’agit de renforcer le dépistage des victimes pendant leur grossesse, de créer un réseau pour l’hébergement d’urgence, de lutter contre les conduites addictives et les tentatives de suicides… 

Nombreux sont les professionnels concernés et mobilisés : les médecins spécialistes du CHU, les généralistes, les sages-femmes, les assistantes sociales, les infirmières ou encore les conseillers en économie sociale et familiale de la région.
Dans cette même dynamique, les futurs professionnels de santé, le CDI des écoles du CHU d’Angers seront sensibilisés par une exposition thématique réalisée par le Centre d’Information sur les Droits des Femmes du Maine-et-Loire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.