Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Violences conjugales : un colloque à Nantes

Un colloque sur les violences conjugales se tiendra le 26 juin prochain, à l'amphithéâtre de l'hôpital mère-enfant, à l'initiative du CHU de Nantes et Gynécologie sans frontières et avec le concours de la délégation régionale aux droits des femmes et à l'égalité des Pays de la Loire et de SOS femmes Nantes.

Un colloque sur les violences conjugales se tiendra le 26 juin prochain, à l’amphithéâtre de l’hôpital mère-enfant, à l’initiative du CHU de Nantes et Gynécologie sans frontières et avec le concours de la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité des Pays de la Loire et de SOS femmes Nantes.

En France, tous les trois jours, une femme meurt victime de violence conjugale. La violence au sein du couple est un processus évolutif au cours duquel un partenaire exerce une domination dans le cadre d’une relation privilégiée. Physique, psychologique, verbale, émotionnelle, sexuelle, économique…, la violence se manifeste sous des aspects très variés.
On estime qu’en France, il y a plus 1,5 millions de femmes victimes de violences conjugales et 162 femmes ont été victimes en 2004 d’homicide ou de coups et blessures suivis de mort, au sein de leur couple.
Très souvent les femmes n’osent pas dénoncer cette violence de peur de représailles : elles se sentent coupables et responsables de l’échec du couple et de la situation de violence. Elles ont aussi peur de se retrouver sans ressources, si elles ne sont pas indépendantes financièrement. Tous ces éléments font que cette situation perdure, malgré des prises en charges sociales et des démarches auprès des forces de l’ordre.

Rôle des professionnels de santé, en réseau avec les associations et la justice
Un colloque sur les violences conjugales se tiendra le 26 juin prochain, à l’amphithéâtre de l’hôpital mère-enfant, à l’initiative du CHU de Nantes et Gynécologie sans frontières et avec le concours de la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité des Pays de la Loire et de SOS femmes Nantes.

La situation en 2007
– de quoi s’agit-il ?
– la spirale de la violence,
– quelles femmes ?
– quels hommes ?
– les conséquences sur les enfants,
– les obligations juridiques des professionnels de santé.

Le dépistage
– comment aborder cette question en consultation ?
– le rôle des différents professionnels (gynécologues-obstétriciens, centres de planification familiale, médecins généralistes, urgentistes, pédiatres, PMI).

La prise en charge
– le centre fédératif des activités de médecine légale,
– les composantes médico-psychologiques, sociales et judiciaires,
– la prise en charge en réseau.

Ces thèmes seront abordés par des intervenants très impliqués dans la réflexion éthique et confrontés quotidiennement aux difficultés relatives aux violences conjugales. Cette journée est ouverte à l’ensemble des personnels soignants et médicaux.

Inscription et renseignements : GSF, Hélène Anselin au 02 40 41 29 92

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.