Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1ère mondiale à Amiens : l’EEG d’un nouveau-né d’une précision inégalée

Un enregistrement électroencéphalographique Haute Résolution (EEG HR) à 128 électrodes chez un nouveau-né prématuré de 30 semaines a été réalisé avec une précision jamais atteinte au CHU Amiens-Picardie. Une prouesse technologique de son service d’exploration fonctionnelle du système nerveux pédiatrique (EFSN pédiatrique) en collaboration avec le laboratoire Inserm UMR 1105, GRAMFC, de l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV), et la société américaine EGI. Cette avancée est la 117ème première mondiale signée par un CHU de France !
Un enregistrement électroencéphalographique Haute Résolution (EEG HR) à 128 électrodes chez un nouveau-né prématuré de 30 semaines a été réalisé avec une précision jamais atteinte au CHU Amiens-Picardie. Une prouesse technologique de son service d’exploration fonctionnelle du système nerveux pédiatrique (EFSN pédiatrique) en collaboration avec le laboratoire Inserm UMR 1105, GRAMFC, de l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV), et la société américaine EGI. Cette avancée est la 117ème première mondiale signée par un CHU de France !
«Aujourd’hui, les hôpitaux pratiquent des EEG sur les nouveaux-nés prématurés avec seulement 11 électrodes.Il y a une dizaine d’années, le CHU Amiens-Picardie a été le premier et le seul au monde à utiliser des casques à 64 électrodes, développés par le GRAMFC en collaboration avec la société Malterre à Moreuil, ce qui nous permettait déjà d’obtenir une meilleure résolution spatiale du signal électrique cérébral», explique le Pr Fabrice Wallois, directeur du GRAMFC de l’UPJV et chef du service d’exploration fonctionnelle du système nerveux pédiatrique du CHU Amiens-Picardie, le seul service ainsi spécialisé dans le monde. 
Un dispositif plus précis et plus confortable pour le bébé
En juillet 2017, l’équipe du Pr Wallois (avec entre autres le Dr Emilie Bourel-Ponchel, le Dr Mahdi Mahmoudzadeh, et les techniciens du service EFSN pédiatrique) a réussi à améliorer encore ce type d’examen. C’est désormais avec un casque équipé de 128 électrodes, développé en collaboration avec la société américaine EGI, d’une excellente précision spatiale sur le cerveau du bébé, que cet examen pourra être pratiqué au CHU Amiens-Picardie.
«Ce nouveau dispositif est plus facile à mettre en place, du fait du nombre important d’électrodes couvrant l’ensemble du cerveau du bébé, et il permet d’extraire des informations qui n’étaient pas décelables avec les casques à 11 ou 64 électrodes», précise le Pr Wallois. 
Plus de 3000 EEG standards et EEG HR réalisés en 2016
Ce type d’enregistrement électro-encéphalographique Haute Résolution (EEG HR) est un examen indolore et très rapide à mettre en place. Il permet un confort de prise en charge pour le nouveau-né prématuré, notamment avec la disparition de la pâte abrasive nécessaire pour améliorer le contact entre la peau et les électrodes lors des examens «classiques». 
3 000 enfants ont bénéficié de la réalisation d’un EEG standard en 2016 au CHU Amiens-Picardie. Durant cette même période, plus de 60 EEG HR ont été réalisés chez des enfants, dont la moitié chez le nouveau-né. Cette nouvelle technique a ainsi pour vocation de faire partie intégrante des examens de routine clinique et de recherche. Elle devrait permettre de mieux définir des caractères prédictifs du devenir neurologique des enfants nés prématurés qui constituent une population à haut risque de troubles neuro-développementaux.
De nouveaux outils d’exploration du développement cérébral
Ces progrès et recherches participent à développer de nouveaux outils d’investigation du fonctionnement cérébral normal au cours du développement et de mieux comprendre les pathologies associées à la prématurité telles que les problèmes de maturation cérébrale, les convulsions, la souffrance neurologique  ou l’épilepsie…, premières causes d’handicap de l’enfant.
Les enregistrements EEG en haute résolution spatiale (128 électrodes) et temporelle (à la milliseconde près) ouvrent de nouvelles perspectives en imagerie cérébrale fonctionnelle chez le nouveau-né prématuré.
Une unité de recherche experte et pluridisciplinaire
Le Professeur Fabrice Wallois a créé à cette fin le GRAMFC (Inserm/UPJV) en 2004, une équipe de recherche pluridisciplinaire regroupant neurophysiologistes, pédiatres réanimateurs, neuropédiatres, gynécologues et spécialistes du traitement de signal. Cette unité de recherche travaille sur l’analyse multimodale des dysfonctions cérébrales, notamment chez le nouveau-né.
Les travaux de recherche qui y sont menés visent à développer des outils permettant l’analyse simultanée des modifications de l’activité électrique et hémodynamique cérébrale locale dans les situations physiologiques et pathologiques. Le GRAMFC est ainsi le seul laboratoire en France à développer des outils d’imagerie électrique haute résolution (EEG-HR) couplé à l’imagerie optique haute résolution (IO-HR) basée sur la spectroscopie dans le proche infra-rouge (NIRS) chez l’enfant, notamment le nouveau-né. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.