Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1ère mondiale : induction de puberté chez une jeune patiente drépanocytaire après autogreffe de cortex ovarien

Des cliniciens du CHU de Limoges, de l’AP-HP, de l’UPMC, et du Centre hospitalier intercommunal de Créteil ont réalisé une autogreffe de cortex ovarien (tissu périphérique de l'ovaire) chez une jeune patiente de 13 ans traitée pour drépanocytose sévère par allogreffe de moelle osseuse - le conditionnement nécessaire pour cette greffe étant toxique pour les ovaires.

Des cliniciens du CHU de Limoges, de l’AP-HP, de l’UPMC, et du Centre hospitalier intercommunal de Créteil ont réalisé une autogreffe de cortex ovarien (tissu périphérique de l’ovaire) chez une jeune patiente de 13 ans traitée pour drépanocytose sévère par allogreffe de moelle osseuse – le conditionnement nécessaire pour cette greffe étant toxique pour les ovaires.
La cryopréservation du cortex ovarien prélevé avant le conditionnement et l’autogreffe ultérieure de cortex ovarien ont permis d’induire sans traitement une puberté chez cette jeune fille. Ce premier cas décrit au monde est publié dans Lancet (11 février 2012).
Depuis une quinzaine d’années, il est proposé aux patientes devant subir des traitements très toxiques pour leurs ovaires de  préserver leur fertilité en conservant par congélation leur cortex ovarien (périphérie de l ‘ovaire). Les patientes pubères et prépubères, devant subir de tels traitements, sont atteintes de nombreuses pathologies, en générale cancéreuses mais aussi de  pathologies non cancéreuses comme, par exemple, la drépanocytose.
L’autogreffe de cortex ovarien après congélation et décongélation a actuellement permis la naissance d’une vingtaine d’enfants  au monde ainsi que le rétablissement de la fonction endocrine de l’ovaire.
La drépanocytose est une maladie qui, quand les patientes sont homozygotes (gènes dentiques sur deux chromosomes faisant partie de la même paire et permettant de transmettre les caractères à sa descendance) et pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Dans ce cas, une greffe de cellules souches hématopoïétiques (cellules à l’origine des  cellules du sang, globules blancs, globules rouges et plaquettes) est indiquée, nécessitant au préalable un traitement détruisant  les cellules souches hématopoïétiques de la patiente mais qui est aussi très toxique pour les ovaires. Il a pour conséquence une  insuffisance ovarienne définitive ou du moins très prolongée ne permettant pas dans la plupart des cas la puberté spontanée et  responsable d’infertilité à l’âge adulte. Ces allogreffes géno-identiques permettant l’obtention d’une guérison dans 95% des cas de drépanocytose, il était fondamental de chercher à préserver la fonction ovarienne.
Le Pr Catherine Poirot et le Dr Prades de l’unité de Biologie de la Reproduction du Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière (AP-HP),  qui est le plus important centre français de préservation de la fertilité féminine, en lien avec les Dr Bernaudin et Abirached du  Centre hospitalier intercommunal de Créteil et du Dr Pascal Piver du CHU de Limoges, ont proposé à une patiente de 13 ans une  autogreffe de cortex ovarien chez une patiente drépanocytaire qui avait bénéficié d’une cryoconservation d’ovaire avant  traitement dans le cadre du protocole de recherche du CHU de Limoges porté par le Pr Aubard et le Dr Piver.
L’intervention  chirurgicale réalisée par le Dr Piver et le Dr Abirached au Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil a consisté à placer sous la  peau de petits fragments de cortex ovarien avec une anesthésie locale par un patch d’anesthésiant local. Cette autogreffe qui a  permis d’éviter la prise d’un traitement hormonal substitutif avec les contraintes que cela implique pour une adolescente, a  induit une puberté chez cette jeune patiente.
Pour le Pr Poirot, « ce résultat est très intéressant à plusieurs titres : tout d’abord, bien sûr, l’induction spontanée de la puberté a été obtenue mais avec seulement 3 petits fragments d’ovaire ce qui prouve que peu de tissu ovarien greffé suffit à rétablir une  fonction ovarienne endocrine. De nombreux autres fragments sont conservés congelés pour l’aider plus tard à avoir des enfants.
De plus, tout a été organisé pour faire courir un risque minimal à la patiente (autogreffe en sous cutané, anesthésie par patch d’anesthésiant). Cette technique apporte, donc, un bénéfice important avec des risques extrêmement faibles ce qui permet de  penser que cette technique pourrait être envisagée pour un certain nombre de patientes en insuffisance ovarienne définitive après des traitements gonadotoxiques et ayant bénéficié d’une cryoconservation de fragments ovariens. Ce cas apporte aussi la  preuve qu’un tissu ovarien prélevé avant la puberté, alors qu’il est immature, est fonctionnel après autogreffe. En conséquence,  nous avons toutes les raisons de penser que les prélèvements d’ovaire effectués pour les petites filles avant traitement  gonadotoxique pourront leur restaurer, à l’age adulte, une fertilité. »
Source : Case report : Induction of puberty by autograft of cryopreserved ovarian tissue, Lancet 2012; Vol. 379 No. 9815 p 588
Unit of Reproductive Biology (Prof C Poirot MD, M Prades PharmD) and Medical Biochemistry Department (C Coussieu PharmD), Groupe Hospitalier Pitié-  Salpêtrière, Paris, France; Gynaecology-Obstetric Department (F Abirached MD) and Reference Centre for Sickle Cell Disease, Department of Pediatrics (F  Bernaudin MD), Intercommunal Créteil Hospital, Créteil, France; Gynaecology-Obstetric Department, Limoges University Hospital, Limoges, France (P Piver MD);  and Université Pierre et Marie Curie, Paris, France (Prof C Poirot).
Contact gynécologue-obstétricien, greffeur Dr Pascal Piver
CHU Limoges – service d’assistance médicale à la procréation
Tél. : 06 62 72 89 24
Contact chercheur
Pr Catherine Poirot
Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière – UF de Biologie de la Reproduction et d ‘Assistance Médicale à la Procréation
Tél : 01 42 17 75 50 ou 06 19 19 14 71
Contact Médecin référent pour la Drépanocytose
Dr Françoise Bernaudin
Centre de Référence de la Drépanocytose
Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil
Tél : 06 81 89 96 91
Contacts presse
Service de presse CHU Limoges : 05 55 05 62 49 – philippe.frugier@chu-limoges.fr
Service de presse AP-HP 01 40 27 37 22 – service.presse@sap.aphp.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.