Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

24 h de course à pied sur tapis roulant au CHU de Saint-Etienne

A cinq reprises entre février et avril derniers, l'Unité PPEH – EA 3062 de l'Université Jean Monnet à Saint-Étienne a conduit une expérience extraordinaire dans les unités de Médecine du Sport et de Myologie du service de Physiologie clinique et de l'exercice dirigé par le Pr André Geyssant à l'Hôpital Bellevue. Des coureurs d'ultra-endurance ont couru sur un tapis roulant pendant 24 heures, parcourant jusqu'à 173 km !

A cinq reprises entre février et avril derniers, l’Unité PPEH – EA 3062 de l’Université Jean Monnet à Saint-Étienne a conduit une expérience extraordinaire dans les unités de Médecine du Sport et de Myologie du service de Physiologie clinique et de l’exercice dirigé par le Pr André Geyssant à l’Hôpital Bellevue. Des coureurs d’ultra-endurance ont couru sur un tapis roulant pendant 24 heures, parcourant jusqu’à 173 km !

Peu d’études chez l’animal et encore moins chez l’homme se sont intéressées à la fatigue induite par des exercices de durée extrême. Et aucune n’a été conduite de façon standardisée en laboratoire, ni pendant la durée des épreuves. Cette expérimentation est donc une première mondiale. Elle vise à mettre en évidence l’existence d’une fatigue centrale (incapacité à mobiliser, malgré un effort volontaire maximal, un muscle donné) et à caractériser la fatigue musculaire à la suite d’un exercice de 24 heures. Les conséquences sur l’aptitude cognitive (capacités de réflexion, de mémorisation et d’attention) et la performance du coureur ont également été explorées.

Les premiers résultats confirment que la fatigue est majoritairement centrale. Sur le muscle quadriceps par exemple, les sujets perdent en moyenne plus de 30% sur ce paramètre, certains sujets plus de 50% de leur capacité à activer leur muscle. En revanche, même si le muscle perd en capacité intrinsèque de production de force, ces pertes sont assez modérées (10% maximum), et les conséquences sur le coût énergétique (rendement du geste) et mécanique (technique de course) de la course sont elles aussi assez faibles. Contrairement à ce que l’on pourrait craindre, les effets délétères sur le muscle d’un effort aussi extrême sont donc vraisemblablement assez limités (ce qui ne veut pas dire qu’il en va de même pour les articulations par exemple). Si cela devait être confirmé par les analyses biologiques, on comprendrait mieux les enchaînements de courses extrêmes dont sont capables certains athlètes.
Toutes ces données en cours d’analyse permettront de faire avancer les connaissances sur la fatigue et évoluer les techniques de courses et la dépense énergétique.

Comment se sont déroulées les épreuves ?
1ère phase : après une visite médicale d’inclusion pour s’assurer de l’aptitude des sujets, une première séance a consisté à déterminer la consommation maximale d’oxygène. Elle a également servi de séance d’accoutumance aux appareils de mesure et méthodologies utilisées, essentiellement la course sur tapis instrumenté et les tests cognitifs.
2e phase : la deuxième séance a consisté en l’épreuve de course de 24 h sur tapis roulant. La présence de 3 tapis roulants a permis de tester 3 athlètes simultanément. Un fragment de muscle a été prélevé sur les sujets avant et après les 24h. Sept prises de sang et sept mesures de force induite par la stimulation électrique des nerfs moteurs ont été effectuées. Toutes les deux heures, la technique de course des coureurs et la dépense énergétique ont également été explorées.

Les sujets
L’étude a porté sur deux groupes de 14 sujets de sexe masculin : un groupe expérimental (coureurs) et un groupe contrôle (sujets ne courant pas mais ne dormant pas). Les sujets composant le groupe expérimental ont été recrutés auprès de coureurs d’ultra-endurance. Sur 24 heures, il y a eu 20 heures de course effective, les quatre heures restantes étant consacrées aux tests et aux prélèvements (muscle, sang, urine).
Les coureurs ont parcouru entre 130 et 173 km.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”