Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

2e journée de l’alimentation à l’hôpital : le repas, un acte de soin à part entière

Jeudi 9 juin 2011, les professionnels de l’alimentation et de la nutrition à l’hôpital porteront sur leur blouse, un badge de reconnaissance pour signifier l’action au quotidien du CLAN (Comité de Liaison Alimentation Nutrition) du CHU de Nice.

Jeudi 9 juin 2011, les professionnels de l’alimentation et de la nutrition à l’hôpital porteront sur leur blouse, un badge de reconnaissance pour signifier l’action au quotidien du CLAN (Comité de Liaison Alimentation Nutrition) du CHU de Nice.
Satisfaire les patients et les personnels en améliorant sans cesse les prestations, en respectant les règles de la sécurité alimentaire selon des méthodes référencées, en développant la qualité et la diversité dans le respect des goûts et des apports nutritionnels conseillés tout en maîtrisant les budgets, tel est le programme du CLAN.
Une perte de poids apparaît souvent au cours d’une maladie ou avec l’avancée dans l’âge. On pense souvent qu’il n’y a rien à faire, que c’est normal… une fatalité en quelque sorte. Pourtant, dans de nombreuses situations, l’amaigrissement peut-être évité voire corrigé, en surveillant le poids régulièrement et en agissant dès les premiers signes de perte d’appétit.

Préserver la qualité de vie et éviter les complications

Le maintien d’un bon état nutritionnel aide à mieux réagir aux traitements, à préserver la qualité de vie (autonomie, moral…) et à éviter des complications (infections, retard de cicatrisations, escarres…). Un message à faire passer aux personnes et à leur entourage qui doivent veiller à varier leurs repas et prévoir des quantités suffisantes.
L’alimentation est un soin à part entière
Il existe des moyens simples pour lutter contre la dénutrition : faire plusieurs repas (même petits) au cours de la journée, enrichir les préparations par du lait en poudre, des matières grasses, du gruyère râpé. Il est aussi possible de compléter l’apport calorique par des boissons, des crèmes…
Tout ce qui est consommé doit être nourrissant (bonne densité nutritionnelle). Ecouter la personne est primordial, pour connaître ses envies et ses goûts, adapter la texture des aliments aux capacités du moment, l’encourager et la soutenir.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.