Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Acteurs académiques et industriels : Nantes crée un élan régional autour de l’innovation médicale

Les hôpitaux universitaires investissent pleinement le terrain de la valorisation de l'innovation médicale. A Nantes, le CHU vient d'organiser une rencontre entre cliniciens, chercheurs et industriels pour rapprocher les acteurs clés du progrès et créer des synergies porteuses de compétitivité pour l'économie régionale et nationale. Ainsi, le mercredi 25 novembre 2015, la Chambre de commerce et de l’industrie de Nantes abritait les premières rencontres CHOISIR (Coopération HÔpital Industries de la Santé pour l’Innovation et la Recherche)

Les hôpitaux universitaires investissent pleinement le terrain de la valorisation de l’innovation médicale. A Nantes, le CHU vient d’organiser une rencontre entre cliniciens, chercheurs et industriels pour rapprocher les acteurs clés du progrès et créer des synergies porteuses de compétitivité pour l’économie régionale et nationale. Ainsi, le mercredi 25 novembre 2015, la Chambre de commerce et de l’industrie de Nantes abritait les premières rencontres CHOISIR (Coopération HÔpital Industries de la Santé pour l’Innovation et la Recherche) organisées par le CHU de Nantes. Cette rencontre hôpital – entreprises a réuni 200 professionnels de la santé dont 100 représentants de 70 entreprises majeures de l’industrie du médicament, du dispositif médical et des biotechnologies. L’occasion pour le CHU de Nantes de rappeler ses atouts en matière de recherche biomédicale.
 
Recherche-innovation : l’attractivité du CHU de Nantes
Nantes se positionne parmi les dix CHU fort chercheurs de France : 4ème pour les essais cliniques, 8ème pour les publications scientifiques. Pour atteindre ce haut niveau, le CHU a renforcé la réactivité de ses professionnels notamment avec la mise en place du Contrat Unique signé en moins d’un mois dans le cadre des essais cliniques ; une mesure particulièrement appréciée par les entreprises partenaires. 
 
La recherche biomédicale Nantaise se caractérise aussi par un partenariat important et historique entre les services cliniques du CHU de Nantes et les laboratoires de recherche de l’université de Nantes. Ce rapprochement permet de mener une recherche intégrée et de transférer rapidement les innovations du laboratoire au patient. A l’actif du CHU de Nantes des essais cliniques de premier plan avec pour certains l’enregistrement de nouvelles molécules auprès de la FDA, des études de phases précoces internationales pour des thérapies innovantes, ou encore des programmes de recherche translationnels emblématiques basés sur des cohortes de patients ou faisant intervenir des réseaux d’investigateurs. 
 
Le dynamisme et la compétence des équipes nantaises reconnus
En 2012, deux départements hospitalo-universitaires, DHU 2020 et DHU Oncogreffe, ont été labellisés par l’Université de Nantes, le CHU et AVIESAN.

Le DHU 2020 « Médecine personnalisée des maladies chroniques » rassemble les forces du soin, de l’enseignement et de la recherche de l’institut du thorax, l’institut des maladies de l’appareil digestif du CHU de Nantes et de l’axe « Normes, Maladies et Sociétés », de l’équipe CNRS UMR 6297 « Droit et changement Social ». Ces structures s’organisent autour d’un projet translationnel allant de la prématurité au sujet âgé et visant à promouvoir le développement de la Médecine personnalisée des maladies chroniques.
 
Dédié à l’essor de la recherche biomédicale en immunotransplantation et en oncologie, le DHU Oncogreffe rassemble un réseau performant de plus de 120 cliniciens et chercheurs, il s’appuie sur 3 piliers d’excellence de la recherche nantaise : immunologie, cancérologie et médecine nucléaire. Résolument tourné vers l’innovation thérapeutique et diagnostique, le DHU Oncogreffe inscrit la recherche partenariale au cœur de ses métiers pour accélérer le progrès médical en oncologie et en transplantation et offre de nombreuses opportunités de collaboration…
… Et les initiatives telles que "CHOISIR" sont là pour faciliter les rapprochements publics privés autour du transfert de l’innovation au bénéfice du patient, activité porteuse de progrès médicaux et de développement économique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”