Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Apprendre à cuisiner sainement quand on est insuffisant cardiaque

Cuisiner et manger avec plaisir quand on souffre d'insuffisance cardiaque n'est pas une sinécure. Car non seulement l'alimentation doit être appauvrie en sel mais elle doit aussi être équilibrée. Toute une série d'habitudes culinaires à revoir… C'est l'objectif des ateliers cuisine du réseau Respecti-coeur : apprendre aux patients insuffisants cardiaques et leur proches à mitonner de bons petits plats… sans sel.

Cuisiner et manger avec plaisir quand on souffre d’insuffisance cardiaque n’est pas une sinécure. Car non seulement l’alimentation doit être appauvrie en sel mais elle doit aussi être équilibrée. Toute une série d’habitudes culinaires à revoir… C’est l’objectif des ateliers cuisine du réseau Respecti-coeur : apprendre aux patients insuffisants cardiaques et leur proches à mitonner de bons petits plats… sans sel.

L’insuffisance cardiaque, une diminution du débit du coeur
L’insuffisance cardiaque est une maladie de plus en plus fréquente et très grave, qui survient lorsque le muscle cardiaque devient trop faible pour envoyer suffisamment de sang vers les organes vitaux, les privant ainsi d’oxygène et de nutriments essentiels.

En France, on dénombre 1 000 000 insuffisants cardiaques, avec 150 000 nouveaux cas chaque année. L’insuffisance cardiaque est devenue en quelques décennies un problème majeur de santé publique.

L’éducation thérapeutique pour éviter les hospitalisations répétées
Permettre au patient et à ses proches de mieux connaître sa maladie et les traitements associés, développer ses compétences d’auto-soins et d’autovigilance : tels sont les objectifs de l’éducation thérapeutique. Une démarche qui aujourd’hui a fait ses preuves dans le domaine des maladies chroniques. Jean-Noël Trochu, professeur du service cardiologie et maladies vasculaires de l’institut du thorax du CHU de Nantes coordonne l’ensemble des actions concernant les insuffisants cardiaques.

Illustration avec l’atelier cuisine
Chez l’insuffisant cardiaque, la consommation de sel doit être réduite. L’excès de sel pour l’insuffisant cardiaque peut entraîner une rétention d’eau, et parfois même un oedème pulmonaire.

L’objectif pour l’insuffisant cardiaque est de ne pas dépasser une quantité quotidienne de 6 grammes. Pour cela les diététiciennes apprennent aux patients à compter le sel des aliments sur 1 journée.

Le réseau Respecti-coeur propose des ateliers cuisine permettant de
– se débarrasser des idées reçues sur les habitudes alimentaires ;
– garder le plaisir de manger sans se mettre en danger ;
– découvrir des nouvelles saveurs et des modes de cuisson pour compenser le manque de sel.

Pour en savoir plus sur le réseau : www.respecticoeur.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”