Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Bien vivre = bien dormir

Les CHU sont-ils en passe d'apprivoiser le sommeil ? Les insomniaques qui cherchent désespérément le repos dans les bras de Morphée seront sans doute heureux d'apprendre que les CHU peuvent traiter leurs troubles dans des unités spécialisées. Vendredi 19 mars 2010, à l'occasion de la 10ème journée du Sommeil* les portes des centres de sommeil seront grandes ouvertes. Les rendez-vous de Brest, Nice et Tours...

Les CHU sont-ils en passe d’apprivoiser le sommeil ? Les insomniaques qui cherchent désespérément le repos dans les bras de Morphée seront sans doute heureux d’apprendre que les CHU peuvent traiter leurs troubles dans des unités spécialisées. Vendredi 19 mars 2010, à l’occasion de la 10ème journée du Sommeil* les portes des centres de sommeil seront grandes ouvertes. Les rendez-vous de Brest, Nice et Tours…

L’unité de sommeil du CHU de Brest les attend de 9h à 17h. Cette visite guidée se poursuivra par une Conférence-débat au Café Santé**. Une rencontre organisée à l’initiative de Viva Magazine dans la Librairie Dialogues. La parole sera donnée aux spécialistes du CHU qui aborderont les mystérieuses arcanes du sommeil, ses rythmes aux différents âges de la vie. Le public apprendra aussi à évaluer ses propres besoins et les comportements à adopter pour enfin dormir tout son saoul !

A Nice, les membres de la Fédération du Sommeil du CHU donneront une conférence grand public sur le thème « Quand le sommeil prend de l’âge ». Dormir est un plaisir qui répond au besoin de récupération des fatigues de la veille et à la programmation des activités du lendemain.
Mal dormir a un retentissement sur la veille diurne et le maintien de la vigilance pendant le jour ou lors d’activités délicates. Le problème du sommeil met en cause notamment la sécurité routière et l’adaptation professionnelle. Il touche la qualité de vie de chacun et ouvre une importante question de Santé Publique.
De 17h à 19h, les spécialistes répondront aux questions du public. Au programme : un film d’accueil sur la Fédération du sommeil du CHU de Nice. La projection sera suivie d’exposés sur : le sommeil, à quoi ça sert ? le sommeil de l’enfant et ses fragilités ; cannabis et sommeil chez l’adolescent ; insomnie, stress et traitements ; insomnie chez le sujet âgé et les médicaments.

A Tours, le Centre de Sommeil du fait partie des centres précurseurs. Créé fin 1978 par le Professeur Alain AUTRET lors de son arrivée au CHRU en tant que chef du service de Neurologie, il est le fruit d’une collaboration avec le Docteur Eric DEGIOVANNI chef du service des Explorations Fonctionnelles Neurologiques (service regroupé depuis avec la Neurologie).
L’unité comporte 3 chambres partiellement insonorisées, équipées d’un lit d’hôpital standard, d’une caméra infrarouge pour filmer le patient dans le noir, pendant la nuit et d’un micro pour capter les bruits, les cris,… pouvant exister au cours du sommeil.
450 enregistrements environ sont effectués chaque année la nuit et une centaine le jour. Les patients viennent de loin pour bénéficier de l’expertise de l’équipe : Indre et Loire, Loir et Cher, Indre, Cher, Loiret), mais aussi de la Sarthe, d’Eure et Loir…
Les examens concernent aussi bien les nourrissons que les enfants ou les adultes et toutes les pathologies du sommeil nécessitant un enregistrement : Hypersomnies, Narcolepsie, Epilepsie, Troubles respiratoires (syndrome d’apnées du sommeil), mouvements anormaux pendant le sommeil (syndrome des jambes sans repos, mouvements périodiques du sommeil), parasomnies…
L’enregistrement peut durer une nuit, deux nuits avec des tests au cours de la journée,… selon le diagnostic évoqué. Reconnu Centre de Compétences pour les Hypersomnies Rares (responsable : Docteur Brigitte LUCAS) les délais d’enregistrement sont trop longs actuellement et une demande d’augmentation d’activité est en cours.

*La journée nationale du sommeil est une initiative portée par l’Institut National de veille du sommeil et de la vigilance (INVS). Association de loi 1901 fondée en 2000 sous l’impulsion de la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil (SFRMS), l’Invs a pour vocation de promouvoir le sommeil et ses pathologies comme une composante de santé publique. Ses missions : sensibiliser, informer et éduquer sur les troubles du sommeil et de la vigilance. Structure fédérative et véritable interface de communication sur le sommeil en France, l’INSV s’investit depuis bientôt 10 ans pour que la place du sommeil soit reconnue à juste titre de façon individuelle et collective.

**Librairie Dialogues – Forum Roull, rue de Siam – Brest

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.