Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : les 1er traitements de radiothérapie par modulation d’intensité dispensés au CHU

Depuis le mois de janvier 2011, les patients de l’ouest de la Bretagne souffrant d’une tumeur ORL ou d’un cancer de la prostate peuvent se rendre au CHRU de Brest pour bénéficier d’une radiothérapie à modulation d’intensité (IMRT), équipement d’une plus grande précision que la radiothérapie externe standard. Grâce à un contrôle - une modulation – de l’intensité des composants des faisceaux d’irradiation, les organes sains présentant des surfaces concaves sont préservés lors de l’irradiation de tumeurs voisines.

Depuis le mois de janvier 2011, les patients de l’ouest de la Bretagne souffrant d’une tumeur ORL ou d’un cancer de la prostate peuvent se rendre au CHRU de Brest pour bénéficier  d’une radiothérapie à modulation d’intensité (IMRT), équipement d’une plus grande précision que la radiothérapie externe standard. Grâce à un contrôle – une modulation – de l’intensité des composants des faisceaux d’irradiation, les organes sains présentant des surfaces concaves sont préservés lors de l’irradiation de tumeurs voisines.

Dans le cas des cancers ORL, l’IMRT diminue la toxicité du traitement au niveau des glandes salivaires. Quant aux cancers de la prostate, la diminution de la dose d’irradiation évite certains effets sur le rectum ou la vessie et diminue les problèmes digestifs et urinaires.

Une prise en charge en deux temps

Au CHRU de Brest, l’utilisation couplée d’un nouveau scanner, dédié uniquement à la radiothérapie, permet, avant le traitement, de mieux délimiter les volumes cibles et pendant le traitement, de contrôler lors de l’irradiation le positionnement des organes internes par rapport aux champs d’irradiation, et surtout de préserver les organes sains à proximité immédiate de la tumeur. Pour améliorer encore le degré de précision, les écarts dus au mouvement des organes internes sont corrigés. En effet, la tumeur bouge, sous l’effet des mouvements liés à la respiration par exemple.
La précision de la préparation et du suivi du traitement sont les clés de l’efficacité de cette technique. Elle a nécessité une formation spécifique des personnels du CHRU de Brest. Le but étant que la majorité des patients bénéficient de tous les avantages du progrès technique. C’est pourquoi un 3ème accélérateur de toute dernière génération sera installé en 2011.
Contact presse
Direction de la communication – CHRU de Brest
Eric Legrand  02 98 22 30 32 – Eric.legrand@chu-brest.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.