Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer – Lymphome : un espoir pour supprimer les effets indésirables de la chimio

Comment combattre les effets indésirables de la bléomycine, chimiothérapie efficace dans certaines formes de cancer mais présentant un risque de toxicité pour les poumons dans environ un tiers des cas ? Des équipes du service de pneumologie du CHU Dijon Bourgogne et de l’Inserm ont expérimenté un dérivé de cette molécule. Les résultats encourageants de leur évaluation préclinique viennent d’être publiés dans la revue américaine “Science Translational Medicine", en février 2016.
Comment combattre les effets indésirables de la bléomycine, chimiothérapie efficace dans certaines formes de cancer mais présentant un risque de toxicité pour les poumons dans environ un tiers des cas ? Des équipes du service de pneumologie du CHU Dijon Bourgogne et de l’Inserm ont expérimenté un dérivé de cette molécule. Les résultats encourageants de leur évaluation préclinique viennent d’être publiés dans la revue américaine“Science Translational Medicine", en février 2016.
Les patients atteints de lymphome ou de certaines autres formes de cancer reçoivent aujourd’hui un traitement à la bléomycine. L’efficacité de ce protocole ancien est largement reconnue. Cependant, dans plus de 30% des cas, la bléomycine engendre des complications pulmonaires, telle la fibrose, dont la gravité est proportionnelle au temps et/ou au degré d’exposition. Ce risque pourrait disparaître en utilisant un dérivé de la bléomycine : la bléomycine déglycosylée, c’est-à-dire diminuée de sa structure sucrée. Telle est la conclusion de l’évaluation préclinique a été menée par les équipes du CHU Dijon Bourgogne et laboratoire de l’Inserm U866 “Lipides, Nutrition, Cancer”, conduite sous l’égide du Pr Bonniaud et du Dr Garrido du service de pneumologie.

S
elon les chercheurs, la bléomycine déglycosylée garantit l’effet anti-tumoral de la chimiothérapie initiale tout en évitant le risque de toxicité pulmonaire.
Ces résultats sont des plus prometteurs. S’ils étaient confirmés à l’avenir dans le cadre d’une étude clinique, ils permettraient de proposer un traitement nouveau, toujours aussi efficace pour de nombreux cancers, mais sans risque d’effet secondaire toxique pour les poumons. L’équipe mène actuellement des démarches pour produire des quantités suffisantes de bléomycine déglycosylée répondant à des normes de qualité qui lui permettront de mener à bien des essais cliniques. 
La sélection de cette étude dans la rubrique recherche en cancérologie de la revue Science Translational Medicine (édition du 17/02/2016) confirme l’intérêt des travaux. Cette publication atteste aussi l’expertise du service de pneumologie en matière de lutte contre la fibrose pulmonaire et sa connaissance hautement spécialisée sur la toxicité pulmonaire des médicaments

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.