Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : quand la diététique devient gastronomie pour le plus grand plaisir des enfants

Il arrive que les enfants hospitalisés en oncologie pédiatrique perdent l’envie et le goût de manger à cause des traitements. Considérée comme un soin à part entière, la bonne alimentation des jeunes patients sous chimiothérapies est une question qui préoccupe autant leurs parents que l’équipe du service. Pour les inciter à se nourrir, même quand les soins sont lourds, le Professeur Colombat, responsable du pôle cancérologie du CHRU de Tours, a voulu réunir dans un même menu les saveurs, la diététique, la fantaisie, la convivialité et la gastronomie et a eu l’idée de réaliser des ateliers de cuisine

Il arrive que les enfants hospitalisés en oncologie pédiatrique perdent l’envie et le goût de manger à cause des traitements. Considérée comme un soin à part entière, la bonne alimentation des jeunes patients sous chimiothérapies est une question qui préoccupe autant leurs parents que l’équipe du service. Pour les inciter à se nourrir, même quand les soins sont lourds, le Professeur Colombat, responsable du pôle cancérologie du CHRU de Tours, a voulu réunir dans un même menu les saveurs, la diététique, la fantaisie, la convivialité et la gastronomie et a eu l’idée de réaliser des ateliers de cuisine.  Son initiative soutenue par le pôle diététique du CHU et par l’association 1001 pétales, a trouvé un écho favorable auprès des huit Grands Chefs de la Gastronomie, majoritairement issus de la Touraine Gourmande Val de Loire.
Dès lors il ne manquait plus aucun ingrédient pour réussir les ateliers culinaires
Au cours de chacune des 8 sessions programmées, les parents et les enfants pourront s’approprier des techniques culinaires, de nouvelles recettes aux textures variées, dignes de grands restaurants. Les chefs leur enseigneront un peu de leur savoir-faire et aussi comment cuisiner de manière économique avec les produits du terroir et de saison.
En savoir plus sur les ateliers culinaires 
L’atelier co-animé par un Grand Chef et la diététicienne du service oncologie pédiatrique initie les enfants et leurs parents à l’élaboration de plats adaptés au cadre diététique des jeunes patients : ‘pauvre en sel et en sucre’ et ‘enrichi en calories. Avec pour secret de fabrication, une émulsion entre la passion du Chef et l’expertise de la diététicienne.
Confection et Dégustation partagés avec les enfants du service oncologie et leurs parents.
Lieu : salle thérapeutique de l’Hôpital Clocheville.
Nombre de participants par atelier : 8 (1 enfant – 1 parent) / à partir de 8 ans
Nombre d’ateliers par an : 8, soit 1 atelier toutes les six semaines
Début & fin du projet : Mi octobre à début juillet 2016 (renouvelé l’année prochaine)
Lundi ou Mercredi matin : de 10h à 12h (atelier), de 12h à 12h30 (dégustation)
Calendrier 2015
– 14 octobre de 10h à 12h30 avec le Grand Chef Thierry Joubert du restaurant Le Clapotis – Saint-Avertin.
– 7 décembre de 10h à 12h30 avec le Grand Chef Guillaume Dallay, du restaurant Le Bistrot N’Homes – Tours
Le service pense déjà à la création d’un livre de recettes, proposé aux enfants et leurs parents !
Pour cette initiative, l’association 1001 pétales a recueilli 10 000€ auprès des commerçants et artisans de Lignières de Touraine qui pour la troisième année consécutive ont édité un calendrier dont les bénéfices sont reversés à l’association.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”