Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardio : Rennes 1er centre français à implanter le dispositif de réparation mitrale PASCAL®

Très investi dans le traitement percutané des fuites cardiaques mitrales, le CHU de Rennes a réalisé, ce lundi 3 juin 2019, la première réparation française transcathéter d’une régurgitation mitrale à l’aide du système PASCAL®.

Très investi dans le traitement percutané des fuites cardiaques mitrales, le CHU de Rennes a réalisé, ce lundi 3 juin 2019, la première réparation française transcathéter d’une régurgitation mitrale à l’aide du système PASCAL®.
Située dans la partie gauche du cœur, entre l’oreillette et le ventricule, la valve mitrale est un clapet constitué de 2 feuillets. Elle a pour fonction de bloquer le retour de sang vers l’oreillette lors de la contraction du ventricule gauche. Chez certains patients, un déficit de fermeture de cette valve entraîne un reflux sanguin vers l’oreillette : une fuite importante de la valve peut alors dilater et empêcher le fonctionnement normal du cœur, et provoquer un essoufflement. Le traitement de cette perte d’étanchéité (appelée insuffisance mitrale), fréquente chez l’adulte, se fait habituellement par chirurgie en réparant ou en changeant la valve.
Toutefois, les patients trop fragiles pour supporter une opération « à cœur ouvert », peuvent bénéficier d’une alternative, le recours à une technique mini-invasive. L’opération consiste à réunir les 2 feuillets de la valve au moyen d’une sorte d’agrafe. Le clip va réduire l’importance de la fuite. Il est positionné sans ouvrir le thorax, uniquement en passant par une veine au niveau du pli de l’aine. L’opération peu invasive et un avantage indéniable en termes de récupération pour le patient ! Il s’agit cependant d’une procédure longue et difficile, réalisée chez un patient sous anesthésie générale, et qui nécessite une équipe expérimentée incluant cardiologue interventionnel, chirurgien, échographiste, anesthésiste. Jusqu’ici, seul le dispositif Mitraclip® était utilisé en France.
Avec un recul de 7 ans et plus de 150 patients traités par cette technique, le CHU de Rennes bénéficie de l’expérience la plus importante en matière de correction percutanée de fuite mitrale. Retenu pour cette expertise unique par le distributeur du nouveau système de réparation mitrale PASCAL®, le CHU de Rennes a pu réaliser la première implantation de ce dispositif en France, ce 3 juin 2019.
PASCAL® est une alternative au Mitraclip® ayant récemment obtenu le marquage CE de l’Union Européenne. Le dispositif PASCAL est doté de bras indépendants qui facilitent la prise des 2 feuillets de la valve, et d’une structure centrale, dite spacer, permettant d’obturer la fuite avec des résultats très encourageants. Ce nouveau dispositif élargit encore davantage les possibilités de traitement des valvulopathies régurgitantes au CHU de Rennes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.