Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Centre chorégraphique national de Nantes : premiers pas au CHU

Des patients de psychiatrie transportés dans l’univers de la danse. Une première rencontre inoubliable entre les danseurs du centre chorégraphique national (CCN) de Nantes et un groupe de patients de psychiatrie 5 a eu lieu dans la grande salle du Réfectoire du bâtiment Providence à l’hôpital Saint-Jacques.

Une première rencontre inoubliable entre les danseurs du centre chorégraphique national (CCN) de Nantes et un groupe de patients de psychiatrie 5 a eu lieu dans la grande salle du Réfectoire du bâtiment Providence à l’hôpital Saint-Jacques.
Une quarantaine de patients, accompagnés de soignants, ont pu assister à une représentation donnée par les danseurs du centre chorégraphique national de Nantes. Trois duos leurs ont été proposés, morceaux choisis par la compagnie et extraits de leurs différentes créations. Trois univers très différents mais où les corps-à-corps sont toujours magnifiques, très intenses et chargés de beaucoup d’émotion.
Une heure de spectacle suivie d’un long débat, extrêmement riche, entre les danseurs et les patients sur l’acte de création, la danse contemporaine, la mise en espace, la concentration, les musiques… Des questions pertinentes qui augurent d’une collaboration future entre le centre chorégraphique national de Nantes et les patients de psychiatrie. Rachel Bocher, chef de service de psychiatrie 5, réfléchit avec Claude Brumachon et Benjamin Lamarche, directeurs du CCN, à la mise en place d’ateliers de pratique chorégraphique pour les patients et les soignants dès la rentrée prochaine.
Contact : Nathalie Lefebvre – 02.40.08 72.27
Plus d’information sur les activités culturelles du CHU de Nantes en cliquant ici.
Trois duos d’exception avec Elisabetta Gareri, Julien Grosvalet, Vincent Blanc et Benjamin Lamarche : Les Rameurs (extrait de Folie – création 1989), Furtifs (création 2009), Le Piédestal des Vierges (extrait – création 1988).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.