Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chirurgies des glandes endocriniennes : le CHU de Dijon en pointe

Pôle de renommée nationale et centre de recours régional pour la chirurgie des glandes endocrines, le CHU de Dijon vient de réaliser deux interventions inédites en Bourgogne : la surrénalectomie robot-assistée et la parathyroïdectomie sous hypnose. Ces interventions ont été assurées par l’équipe du Docteur Liliana Osmak-Tizon en juin 2014.

Pôle de renommée nationale et centre de recours régional pour la chirurgie des glandes endocrines, le CHU de Dijon vient de réaliser deux interventions inédites en Bourgogne : la surrénalectomie robot-assistée et la parathyroïdectomie sous hypnose. Ces interventions ont été assurées par l’équipe du Docteur Liliana Osmak-Tizon en juin 2014.

Les phéochromocytomes sont des tumeurs de la surrénale (glandes endocrines situées au-dessus des reins). Le plus souvent bénignes, ces tumeurs entrainent une hypertension artérielle sévère. Elles sont généralement traitées par cœlioscopie mais avec un risque de variation tensionnelle ; risque qui semble diminuer avec l’assistance robotique qui apporte également plus de confort aux praticiens. Cette première opération, l’utilisation du robot apporte par ailleurs ouvre de nouvelles perspectives comme le traitement de tumeurs surrénaliennes de taille plus importante qui doivent aujourd’hui être prises en charge par laparotomie.
Parathyroïdectomie sous hypnose 
Les 4 glandes parathyroïdes (sur la thyroïde) régulent le taux de calcium dans le sang. En cas d’hyperparathyroïdie malignée, liée à une tumeur bénigne d’une parathyroïde, on constate un excès de calcium dans le sang. Le traitement chirurgical de cette pathologie se fait communément sous anesthésie générale. S’il est possible de la prendre en charge  sous anesthésie locale, cette alternative reste rare au vu de l’inconfort éprouvé par le patient, qui, s’il ne ressent pas de douleur pendant l’intervention, reste conscient de tout ce qui l’environne et notamment de l’opération qu’il subit.
Ces contraintes sont levées quand l’opération est réalisée sous hypnose. En déconnectant le patient de l’environnement médical, l’hypnose palie son inconfort  et diminue tout stress éventuel. De plus, l’hypnose qui privilégie l’anesthésie locale, limite le risque périopératoire. Autant de raisons qui expliquent pourquoi le Docteur Liliana Osmak-Tizon et le Docteur Marie-Thérèse Noirot-Letourneau, anesthésiste formée à l’hypnose privilégient désormais cette alternative. Les patients sont libres d’accepter ou non cette proposition.

Parmi les perspectives se profile notamment celle de la prise en charge de l’hyperparathyroïdie dans le cadre d’une hospitalisation ambulatoire.
Avec ces deux chirurgies inédites, le service de Chirurgie endocrinienne du CHU de Dijon confirme ainsi son expertise et son dynamisme au service des patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”