Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CHU de Nancy : une nouvelle « hépatante » !

Moral, social ou encore paramédical, les patients atteints d'hépatites ont continuellement besoin de soutien : vaincre cette maladie ne repose pas uniquement sur un traitement. Au CHU de Nancy l'association SOS Hépatites a mis en place des permanences tous les 1ers et 3es mercredis du mois de 15h à 18h dans le service Hépato-Gastro-Entérologie de l'hôpital pour adultes de Brabois. Tenues par Sylvie Ehrhart, infirmière en recherche clinique du service et par une membre de l'association, elle-même ancienne hépatante, ces permanences ont pour but de soutenir et d'écouter les malades qui le souhaitent.

Moral, social ou encore paramédical, les patients atteints d’hépatites ont continuellement besoin de soutien : vaincre cette maladie ne repose pas uniquement sur un traitement. Au CHU de Nancy l’association SOS Hépatites a mis en place des permanences tous les 1ers et 3es mercredis du mois de 15h à 18h dans le service Hépato-Gastro-Entérologie de l’hôpital pour adultes de Brabois. Tenues par Sylvie Ehrhart, infirmière en recherche clinique du service et par une membre de l’association, elle-même ancienne hépatante, ces permanences ont pour but de soutenir et d’écouter les malades qui le souhaitent.

Avant tout lieu d’échange, les permanences sont ouvertes à tous, hépatants ou non et visent aussi à sensibiliser et informer le grand public. Convivial, cet espace d’écoute vient compléter le traitement et les consultations : le soutien apporté aux hépatants est ainsi plus complet et plus adapté. Revenir à l’hôpital pour participer à ces permanences n’est pas forcément facile pour les patients atteints d’une maladie aussi grave, c’est pourquoi Sylvie Ehrhart envisage une installation dans un lieu neutre à l’extérieur de l’hôpital.
Au CHU de Nancy, les patients atteints d’hépatites viennent en consultation et rencontrent une équipe composée de médecins spécialisés et d‘infirmières. La prise en charge des hépatants répond à une logique immuable : une première rencontre avec un hépatologue qui leur explique le traitement qu’ils choisissent de suivre ou non une fois ces informations données.
Souvent lourd et nécessitant une éducation thérapeutique, ce traitement dure de 6 à 12 mois et n’est pas toujours efficace dès la première fois. Le patient doit se faire une injection hebdomadaire à l’aide de seringues pré remplies et prendre des comprimés deux fois par jours. Dès les premiers jours de traitement, des effets secondaires sont à prévoir : syndrome grippal, fatigue, perte de poids, chute de cheveux, hypersensibilité, etc. « Les patients ont le sentiment de « retomber » malade et d’ailleurs beaucoup identifient ce traitement à une sorte de chimiothérapie » explique Sylvie Ehrhart. En cas d’échec, les patients peuvent être amenés à recommencer un traitement autant de fois qu’il le faudra pour vaincre la maladie. « Un de nos patients a été guéri au bout du cinquième traitement » témoigne Sylvie. « L’alternative est de participer à un essai clinique qui permet de tester de nouvelles molécules si les premières ont échoué ou d’optimiser les chances de réponse au traitement dans le cas de patients jamais traités. »

Les hépatants ont besoin d’être soutenus et écoutés pendant la durée de leur traitement et ont parfois besoin de conseils. Ce soutien est désormais renforcé dans le cadre de l’antenne SOS hépatites 54 qui a pour but de favoriser les échanges entre hépatants et soignants. C’est dans un climat de respect et de confiance que les hépatants peuvent se rencontrer.
Sylvie Ehrhart est formée à l’éducation thérapeutique depuis plusieurs années. Les infirmières du service Hépato-gastro-entérologie vont bientôt pouvoir bénéficier de cette formation par l’intermédiaire de l’association SOS Hépatites afin que cette écoute et que cet accompagnement deviennent le suivi « hépatant » et non plus l’exception.

CONTACTS
– Martine BOUFERGUENE, responsable Antenne SOS Hépatites 54
meurthe.moselle@soshepatites.org
– Sylvie EHRHART, CHU de Nancy : 03 83 15 37 46

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.