Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des coronarographies aux greffes cardiaques : la coopération publique/privée rennaise

Conscientes de l'enjeu de la réactivité dans le traitement et le suivi des pathologies cardiovasculaires et thoraciques, les équipes médicales et soignantes du CHU de Rennes et de la Polyclinique Saint-Laurent - Groupe Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve (HSTV) renforcent leurs coopérations autour des parcours de soins des patients malades cardiaques en créant un nouvel l’Institut Rennais du Thorax et des Vaisseaux (IRTV). Un domaine sensible en Bretagne, région frappée par la surmortalité liée aux maladies cardio-vasculaires.

Conscientes de l’enjeu de la réactivité dans le traitement et le suivi des pathologies cardiovasculaires et thoraciques, les équipes médicales et soignantes du CHU de Rennes et de la Polyclinique Saint-Laurent – Groupe Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve (HSTV) renforcent leurs coopérations autour des  parcours de soins des patients malades cardiaques en créant un nouvel l’Institut Rennais du Thorax et des Vaisseaux (IRTV). Un domaine sensible en Bretagne, région frappée par la surmortalité liée aux maladies cardio-vasculaires.

Mise en commun des ressources matérielles et humaines des deux établissements, coordination accrue, consultations et interventions croisées entre spécialistes de la chirurgie cardiaque, vasculaire et thoracique, de la pneumologie, et de la cardiologie, accès élargi aux technologies de pointe, réunions médicales communes pour définir le traitement le plus approprié en chirurgie cardiaque ou dans les prises en charge de pathologies cancéreuses du poumon… Le nouvel institut garantit à chaque malade cardiaque, quel que soit son établissement d’origine, un accès aux compétences, équipements et soins nécessaires à sa prise en charge de manière graduée et coordonnée.
En chirurgie, ce principe prend toute sa valeur. Selon la gravité et l’évolutivité de son affection, le patient sera traité à Saint-Laurent ou au CHU. Ainsi, des consultations en chirurgie thoracique sont effectuées par des chirurgiens du CHU de Rennes à la polyclinique Saint-Laurent mais c’est l’option thérapeutique qui déterminera le lieu de l’intervention. Par exemple, les consultants de la polyclinique présentant des pathologies pourront être opérés au Centre cardio-pneumologique de l’hôpital Pontchaillou. De même, les personnes nécessitant une intervention vasculaire seront traités à la polyclinique ou au CHU.
Bénéfices pour le patient : l’excellence universitaire et des traitements à la pointe pour tous dans des délais réduits
Par sa dimension universitaire, le CHU met l’accent sur la recherche et focalise ses travaux sur les technologies notamment, la chirurgie assistée par l’image en lien avec l’université de Rennes 1 et l’INSERM. La nouvelle salle d’intervention TherA-Image, dédiée à la cardiologie interventionnelle et à la chirurgie mini invasive est le dernier exemple en date. Ce plateau technique, unique en Europe, est ainsi ouvert aux cardiologues de la Polyclinique Saint-Laurent, formés par les praticiens du CHU pour le remplacement en percutané (en passant à travers une artère) de valves cardiaques. De même pour le traitement des troubles du rythme cardiaque où interviennent également des technologies numériques très onéreuses ; on ne multiplie pas les plateaux techniques à l’échelle d’une agglomération comme Rennes : on les partage, pour le plus grand bénéfice du patient.
La mutualisation des moyens et des compétences, la clarification des recours et des circuits patients entre les deux établissements permet de réduire les délais de diagnostic et d’hospitalisation. A cela, s’ajoute la facilité d’accès à des propositions d’essais thérapeutiques, notamment en oncologie thoracique grâce au travail de concertation (appelé « réunion de concertation pluridisciplinaire ») déjà initié entre les praticiens des deux établissements sur les dossiers des patients présentant un cancer du poumon.
La convention constitutive de l’IRTV prévoit également le développement d’activité de recherche clinique.
Ils ont dit
« Ce type de coopération est très stimulant intellectuellement, il favorise des échanges de qualité entre confrères et avec les institutions et donc le travail en réseau. Surtout, cette émulation, la qualité de ce dialogue, se répercutent sur la qualité et la réactivité des prises en charge médicales. Principal responsable dans l’équipe de la pathologie thoracique chirurgicale, je coordonne avec mes associés la bonne prise en charge de 490 interventions chirurgicales thoraciques par an, dont 360 cancers».
Dr Bertrand de Latour, chirurgien thoracique et vasculaire au CHU de Rennes
« Nous allons conforter et étendre certaines activités déjà développées en commun. Nous allons par exemple déployer une activité de chirurgie thoracique et vasculaire sur le site de Saint-Laurent. Le travail de concertation pluridisciplinaire en oncologie thoracique va favoriser l’accès de certains patients à des protocoles utilisant des molécules en voie de développement. Dans cette même ligne, nous développons d’autres projets tels le laboratoire de ventilation mécanique, pour suppléer ou assister la respiration spontanée. L’activité de recherche de l’IRTV est le gage d’une qualité de soins en amélioration constante ».
Dr Jean-Marc Liégaux, pneumologue à la polyclinique Saint-Laurent
La cardiologie et la chirurgie thoracique au CHU et à la clinique
Animant des collaborations avec les hôpitaux bretons et les cardiologues rennais, le Centre hospitalier universitaire de Rennes pratique toute la gamme des actes de cardiologie médicale et interventionnelle (7700 séjours /an). Il propose notamment une activité de référence en rythmologie interventionnelle et dans le domaine de la prévention.
Avec près de 3 500 interventions par an, il se positionne régulièrement en tête des classements nationaux des services de chirurgie cardiaque, notamment grâce à son activité de greffes (27 en 2012). Il assure des opérations complexes de chirurgie vasculaire et dispose d’une chirurgie thoracique en fort développement.
Il est reconnu comme un des leaders nationaux dans le domaine de la recherche et de l’innovation. Il dirige et héberge en effet le centre d’innovation clinique et technologique et facilite le développement des interventions alternatives à la chirurgie lourde.
Le CHU de Rennes assure également les urgences cardiologiques 24h/24h et 7j/7J à l’hôpital Pontchaillou.
Polyclinique Saint-Laurent
En 2012, les cardiologues de la Polyclinique Saint-Laurent ont assuré près de 4000 séjours de médecine cardiologique (classique et interventionnelle), plaçant l’activité cardiologie de l’établissement au 1er rang breton des établissements de santé, avec le CHU de Rennes.
Pour les seules angioplasties coronaires, Saint-Laurent réalise chaque année environ 900 angioplasties et 2500 coronarographies.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.