Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Développement durable : jeux, quiz, rallye … des outils innovants pour promouvoir le tri sélectif

Primé par le Baromètre 2011 pour sa communication sur le développement durable, le CHU-Hôpitaux de Rouen poursuit sur son élan en organisant un Village des déchets.

Primé par le Baromètre 2011 pour sa communication sur le développement durable, le CHU-Hôpitaux de Rouen poursuit sur son élan en organisant un Village des déchets. 

Objectifs

Promouvoir le tout nouveau protocole sur les Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (Dasri), sensibiliser les agents sur les enjeux d’hygiène et de sécurité autour des déchets, réduire le volume de Dasri en valorisant le tri sélectif.
Le Village s’est installé sur 3 sites du CHU du 11 au 14 avril. Près de 400 visiteurs ont été accueillis pour découvrir la diversité des déchets, leurs contenants, les circuits de collecte et d’élimination.

Les partenaires

Les personnels de la Fédération d’hygiène, de la médecine du travail et les agents qui collectent les déchets étaient présents pour aider à comprendre l’intérêt du tri et les circuits d’évacuation. Des partenaires extérieurs ont répondu à l’invitation du CHU et sont venus expliquer leurs rôles dans la collecte, dans le démantèlement des D3E et dans l’incinération des déchets. 

Les outils

Une réglette de tri était remise à chaque visiteur, elle comprend 120 déchets et leurs contenants. Les 9000 agents du CHU recevront leur réglette avec le prochain magazine interne.
Deux jeux interactifs permettaient aux agents de tester leur connaissance. Ils devaient trier dans un bloc opératoire ou une unité de soins 20 déchets et les répartir dans la bonne poubelle : boîte à aiguilles, sac jaune, Ecobox ou ordures ménagères. Ce jeu est d’ores et déjà accessible sur l’intranet du CHU. Il servira d’outils pédagogiques pour la Fédération d’hygiène et aux agents intervenant de la collecte lors des formations dans les services.
Un quiz incitait les agents à visiter les stands et à lire le Guide des déchets, qui offrait une vue générale du déchet (typologie, coût, volume, réglementation, HAS…). Les visiteurs pouvaient ensuite gagner un tapis de souris réalisé à partir de boîtier de CD recyclé.
Un rallye photo montrait le circuit de collecte des Dasri, ordures ménagères et cartons.
Pour changer l’image du déchet, une exposition photo était proposée aux visiteurs.
Depuis 2009 le volume de Dasri n’a cessé de diminuer. Cette nouvelle action de sensibilisation devrait confirmer cette tendance. La dynamique insufflée doit également servir le respect des consignes de tri pour la sécurité et l’hygiène des agents qui éliminent et qui manipulent les déchets au quotidien. 
Contact
France-Isabelle Montaigu
Déléguée adjointe au Développement durable
CHU-Hôpitaux de Rouen
02 32 88 80 09

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.