Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des téléconsultations pédiatriques à domicile avec le Centre de Traitement des Grands Brûlés du CHRU de Nancy

Depuis mi-avril 2019, les jeunes patients suivis par le Centre de Traitement des Grands Brûlés à l’Hôpital d’enfants du CHRU de Nancy, peuvent bénéficier de téléconsultations à domicile, leur évitant de se déplacer, parfois de loin, pour rencontrer leur médecin pour le suivi de leurs brûlures. Une première en France, rendue possible grâce au service de téléconsultations Pulsy, avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé Grand Est.
Depuis mi-avril 2019, les jeunes patients suivis par le Centre de Traitement des Grands Brûlés à l’Hôpital d’enfants du CHRU de Nancy, peuvent bénéficier de téléconsultations à domicile, leur évitant de se déplacer, parfois de loin, pour rencontrer leur médecin pour le suivi de leurs brûlures. Une première en France, rendue possible grâce au service de téléconsultations Pulsy, avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé Grand Est.
Les enfants de 0 à 18 ans de l’Interrégion (Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté) présentant des brûlures profondes et/ou graves sont accueillis au Centre de Traitement des Grands Brûlés, à l’Hôpital d’enfants du CHRU de Nancy, au sein d’un service de recours unique. Souvent brûlés très jeunes, ces enfants doivent se faire suivre tout au long de leur croissance. Selon leur lieu d’habitation, les trajets jusqu’au CHRU de Nancy peuvent être longs et chronophages, y compris pour l’entourage familial chargé d’accompagner l’enfant à ses rendez-vous.
Le Dr Laëtitia Goffinet, coordinatrice du Centre, et le Dr Sorin Adetu, praticien hospitalier, sont spécialisés dans le traitement aigu et la reconstruction des séquelles de brûlures de l’enfant. Il y a quelques mois, ils ont souhaité travailler de concert avec Pulsy pour répondre à la mesure du Schéma Interrégional d’Organisation Sanitaire visant à améliorer la prise en charge des patients brûlés, notamment par la télémédecine. A ce jour, 34 téléconsultations ont déjà eu lieu.
En pratique, toute téléconsultation se planifie lors d’un rendez-vous en présentiel, permettant au médecin de faire un premier bilan de visu. Quelques semaines avant la téléconsultation, les patients et leurs parents sont invités à tester la solution techniquement, depuis leur tablette, leur téléphone ou leur ordinateur.

En toute simplicité et sécurité !

La consultation, intégralement prise en charge par la Sécurité Sociale, dure en moyenne 30 minutes et permet au médecin et au patient, accompagné d’un de ses parents, de se voir mutuellement, sans que l’enfant n’ait à quitter son domicile. La qualité de la solution permet de contrôler les cicatrices à distance, d’échanger sur le vécu de l’enfant au quotidien avec sa brûlure, d’éventuellement dialoguer avec l’équipe paramédicale, dans le cas où une infirmière serait auprès de l’enfant pour un soin. Le médecin peut renouveler ses ordonnances de kinésithérapie, de pansements ou de crèmes émollientes, réaliser des certificats de contre-indication à la pratique sportive. La famille peut consulter et télécharger les ordonnances déposées sur un site sécurisé.
D’ici quelques mois, le CHRU de Nancy et Pulsy envisagent d’étendre ces téléconsultations à domicile à deux autres spécialités, au sein de l’Hôpital d’Enfants : le Centre de Compétences des maladies rares de la peau et des muqueuses d’origine génétique, et le Centre de Référence Neurofibromatose.
Pour visionner l’interview du Dr Goffinet et découvrir les téléconsultations pédiatriques
1 – Pulsy est l’opérateur unique de la e-santé en Grand Est. Sa gouvernance associe l’Agence Régionale de Santé, l’Assurance Maladie, les collectivités territoriales, les établissements de santé, les structures médico-sociales – publics et privés – et les professionnels de santé libéraux pour partager une vision commune des enjeux e-santé dans la région.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.