Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Détection précoce du cancer du poumon : un projet européen

Grenoble et Nancy ont été retenus avec 10 autres sites européens pour coordonner un vaste protocole de suivi à long terme de 1 200 patients guéris d'un premier cancer du poumon par chirurgie mais présentant un risque important de développer un deuxième cancer.

Grenoble et Nancy ont été retenus avec 10 autres sites européens pour coordonner un vaste protocole de suivi à long terme de 1 200 patients guéris d’un premier cancer du poumon par chirurgie mais présentant un risque important de développer un deuxième cancer. Ce consortium, qui associe laboratoires et centres hospitaliers universitaires, vient d’être doté d’un crédit de 3 millions d’euros par la Commission européenne. Cette étude est le projet le plus important développé en Europe sur le cancer du poumon.


Composition du Consortium

2 équipes françaises (Grenoble et Nancy)
3 équipes anglaises coordonnées par l’Université de Liverpool
3 équipes Néerlandaises
1 équipe Danoise
1 équipe Italienne
1 équipe Allemande


La détermination des biomarqueurs moléculaires
sera faite sur une banque de tissus européenne avec distribution d’ADN aux différents laboratoires experts membres d’EULCED (European Lung Cancer Early Detection)


Grenoble : centre de référence pour la validation des biomarqueurs moléculaires pour la détection du cancer du poumon

Dans ce réseau d’experts européens, l’équipe INSERM, dirigée par le Pr. Christian Brambilla à Grenoble, dispose de plusieurs atouts : Elle forme un noyau homogène de cliniciens, de radiologues et d’anatomo pathologistes rodés à la recherche clinique et à la recherche biologique moléculaire. Cette équipe dispose notamment de la plus grande banque de tumeurs pulmonaires validée par l’INSERM : plus de 4 000 prélèvements congelés.

Grenoble est aussi le centre coordinateur pour le Cancer du Poumon du projet « Carte d’identité tumorale » de la Ligue Nationale (Pr. Elisabeth Brambilla).

Enfin, Grenoble est également reconnu comme centre de référence pour l’étude des lésions prénéoplasiques bronchiques, le développement de vecteurs et la thérapie génique (Pr Marie Favrot).


Pour plus d’information se connecter sur href= »http://www.roycastle.org/EUColl » target= »_blank »


Repères

Le Cancer du poumon en Europe lié à la forte consommation de tabac
1ère cause de mortalité par cancer chez l’homme, le cancer du poumon tue à lui seul plus de personnes que le cancer du sein, du colon et de la prostate réunis. Selon l’OMS, le tabac est la cause unique la plus importante de maladies évitables et de mort à travers le monde : 80 à 90% des cancers du poumon sont attribuables au tabagisme actif ou passif.
36 % des européens fument. Dans les 15 pays membres de l’Union Européenne, 370 millions de personnes fument. Les fumeurs sont plus nombreux en Europe de l’Est (44%) contre (30%) en Europe occidentale. 1,2 millions de morts sont directement liés au tabac.
Les prévisions font état de 2 millions en 2020 si des mesures drastiques ne sont pas mises en place.
En 1995, l’incidence du cancer du poumon dans la Communauté Européenne était de 79,3 pour 100 000 chez l’homme avec un taux particulièrement élevé en Belgique (122). Chez la femme l’incidence est de 16 pour 100 000 avec un taux de 42,6 au Danemark. « En France la prévalence chez la femme reste la plus basse d’Europe mais on peut craindre de ne pas rester à cette place » déplore Christian Brambilla, pneumologue, département de médecine aiguë spécialisée au CHU de Grenoble.


Un diagnostic souvent tardif

Des symptômes souvent banals, toux, expectorations, expliquent pourquoi le cancer est diagnostiqué trop tard au moins trois fois sur quatre. Moins de 25% des malades peuvent alors être confiés à un chirurgien et les ravages atteignent des couches de population de plus en plus jeunes.
La réduction effective de mortalité par cancer du poumon surtout à court terme ne demande pas que des mesures de prévention primaire comme la suppression du tabagisme car même après l’arrêt du tabac, le risque persiste de nombreuses années ; en effet les anomalies génétiques et moléculaires induites par le tabac sont très longues à disparaître.
Cette période de latence laisse la possibilité de développer des outils de détection précoce avec les biomarqueurs moléculaires ; une chimioprévention peut alors être proposée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”