Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Education thérapeutique : pour un patient acteur de sa santé

Recommander une façon "d'être" plutôt qu'une façon de "faire" : voilà une approche qui peut paraître inhabituelle à bon nombre de patients. Et pourtant c'est autour de ce principe que se sont tenues le 18 décembre "les premières rencontres en éducation thérapeutique du patient", organisées par le CHU d'Angers.

Recommander une façon « d’être » plutôt qu’une façon de « faire » : voilà une approche qui peut paraître inhabituelle à bon nombre de patients. Et pourtant c’est autour de ce principe que se sont tenues le 18 décembre 2009 « les premières rencontres en éducation thérapeutique du patient », organisées par le CHU d’Angers.

Pendant longtemps, les patients ont été cantonnés dans l’application stricte de la prescription médicale sans pouvoir l’influencer. Avec l’éducation thérapeutique le processus s’inverse : le patient devient moteur de la démarche thérapeutique.

Pour les personnes souffrant, par exemple, d’insuffisance respiratoire, de surpoids ou encore de diabète, l’éducation thérapeutique représente une nouvelle voie vers la prise en charge de leur pathologie : elles deviennent actrice de leur santé.

Approche humaniste du soin centrée sur la personne, ses besoins, ses ressources, ses valeurs, l’éducation thérapeutique permet au patient d’accroître ses connaissances de la maladie et de ses traitements. Elle apporte une meilleure qualité de vie, entraîne une observance thérapeutique accrue et une diminution des complications. L’éducation thérapeutique s’appuie sur une approche psychopédagogique « propre à motiver » pour que le patient se prenne en charge et modifie ses comportements sur le long terme. D’ores et déjà, le CHU d’Angers propose de nombreux programmes d’éducation thérapeutique qui s’adresse aux patients asthmatiques ou porteur de l’hépatite B ou C, souffrant d’un problème cardiaque ou de nutrition.

Ouverture d’une plateforme d’éducation thérapeutique
La pertinence de l’éducation thérapeutique du patient, dans un parcours de soin, est à ce point acquise au sein du CHU d’Angers que celui-ci vient d’ouvrir sa plateforme d’éducation thérapeutique. Anticipant sur les préconisations de la loi HPST*, le CHU d’Angers a effectivement programmé, dans son projet d’établissement « 2006-2010 », la création d’une structure transversale d’éducation thérapeutique. L’équipe a pour mission de soutenir et d’appuyer les actions d’éducation thérapeutique au sein de l’établissement.

Cette plateforme a été présentée à l’occasion des « Premières rencontres en éducation thérapeutique du patient » ouvertes à l’ensemble des professionnels de santé de la région. L’occasion de rappeler les concepts fondateurs de l’éducation thérapeutique mais, également, de confronter les professionnels présents à la diversité des expériences et des pratiques.

L’éducation thérapeutique est une « manière d’être » pour les patients mais également entre professionnels de disciplines et d’institutions différentes. Un point de vue partagé par une majorité des professionnels venus en nombre témoigner de leurs expériences.

* Hôpital, Patients, Santé et Territoire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.