Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Endocardites infectieuses : les succès de la « Heart team » nantaise

La "Heart team" ou "équipe du cœur" du CHU de Nantes réussit l'exploit d'abaisser de 8% le taux de mortalité des patients souffrant d'endocardite infectieuse. Son secret : allier expertise et coordination de spécialistes. Depuis deux ans, chaque cas d’endocardite infectieuse fait l’objet d’une concertation et d’une prise en charge pluridisciplinaires qui ont permis d’améliorer notablement la prise en charge et le suivi de cette maladie grave. Explications...

La "Heart team" ou "équipe du cœur" du CHU de Nantes réussit l’exploit d’abaisser de 8% le taux de mortalité des patients souffrant d’endocardite infectieuse. Son secret : allier expertise et coordination de spécialistes. Depuis deux ans, chaque cas d’endocardite infectieuse fait l’objet d’une concertation et d’une prise en charge pluridisciplinaires qui ont permis d’améliorer notablement la prise en charge et le suivi de cette maladie grave. Explications…

"La collaboration entre nos différents services est effective depuis plusieurs années mais n’était pas encore formalisée", explique le Pr Thierry Le Tourneau. Fondée en janvier 2014, la « Heart team » du CHU de Nantes affiche d’excellents résultats puisque la mortalité des 240 patients concernés depuis lors est passée de 15 % à 20 % à 12 %, ce qui est faible au regard des valeurs internationales : « Et encore ces chiffres doivent-ils être relativisés en tenant compte du fait que nous n’accueillons que des malades en phase aiguë, souvent transférés depuis d’autres hôpitaux, pour des pathologies sévères, des endocardites (inflammation des valves cardiaques) infectieuses compliquées, nécessitant beaucoup de transferts d’un service à l’autre. Elles exigent en effet l’intervention de nombreux spécialistes : cardiologues, chirurgiens cardiaques, infectiologues, microbiologistes, médecins nucléaires, anesthésistes réanimateurs, neuroradiologues, pédiatres, gériatres, médecins de soins intensifs cardiologiques… » 

Un staff hebdomadaire pour tous les cas 

Constitués en "Heart team", nous pouvons étudier chaque cas à la lumière de nos différentes expertises, chacun apportant sa contribution, ajoute le Pr David Boutoille, infectiologue. Nous assurons ainsi à chaque patient les mêmes conditions de prise en charge, quel que soit le service dans lequel il est hospitalisé initialement. Chaque semaine, un staff réunit de sept à 25 spécialistes, soit au moins un ou deux représentants des différents domaines concernés. Nous passons en revue tous les dossiers présentés et définissons ensemble le parcours de soins et le choix de l’indication thérapeutique, qui font l’objet d’un rapport écrit.  » 

La Heart team capitalise l’expertise acquise avec chaque patient
Chaque cas est enregistré dans un registre et alimente la recherche. La Heart team nantaise participe notamment à l’étude TEPvENDO sur l’intérêt du TEP-TDM dans la prise en charge des endocardites infectieuses.

Une centaine de cas chaque année
Le CHU de Nantes soigne chaque année une centaine de patients souffrant d’endocardite. Cette pathologie touche majoritairement les plus de 60 à 70 ans, mais aussi des patients souffrant de malformations cardiaques ou en état d’immunodépression. Pour 30 % à 40 % des malades, un remplacement valvulaire est réalisé et quatre à six semaines d’antibiothérapie sont prescrites. L’hospitalisation dure de quatre à six semaines en moyenne.

La Heart team organise une réunion annuelle de formation médicale ouverte à tous les professionnels intéressés. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”