Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Foire de Rennes : la population témoigne son attachement au SAMU

Du 22 au 30 avril 2008, le SAMU 35 a participé à la foire internationale de Rennes, non pas pour apporter assistance aux visiteurs mais pour les informer. Durant une semaine, deux permanenciers, un médecin, un ambulancier et une infirmière se sont relayés sur le stand pour présenter les missions du SAMU aux visiteurs. Les échanges noués sur le salon témoignent d'une vraie demande d'information de la part de la population et de son attachement à ce service. au premier range desquelles figurent la permanence d'une écoute médicale permanente, l'évaluation et le déclenchement dans le délai le plus rapide de la réponse la mieux adaptée à la nature des appels.

Du 22 au 30 avril 2008, le SAMU 35 a participé à la foire internationale de Rennes, non pas pour apporter assistance aux visiteurs mais pour les informer. Durant une semaine, deux permanenciers, un médecin, un ambulancier et une infirmière se sont relayés sur le stand pour présenter les missions du SAMU aux visiteurs. Les échanges noués sur le salon témoignent d’une vraie demande d’information de la part de la population et de son attachement à ce service.

Les missions du SAMU ont été expliquées aux visiteurs : la permanence de l’écoute médicale , l’évaluation et le déclenchement dans le délai le plus rapide de la réponse la mieux adaptée à la nature des appels. Une fois le patient pris en charge, le SAMU organise son transfert et son admission vers un service adapté. Il participe à la mise en oeuvre des plans de secours et à la couverture des grandes manifestations. Il assure les taches d’éducation sanitaire, de prévention et de recherche et apporte son concours à l’enseignement, la formation continue des professions médicales et paramédicales.

Pour illustrer son fonctionnement, le SAMU exposait des panneaux informatifs et diffusait des films : « Que se passe-t-il quand j’appelle le 15, quand faut-il exactement appeler le 15 ? »
Etaient également expliqués les gestes d’urgences et l’utilisation des défibrillateurs semi-automatique. Les visiteurs pouvaient aussi découvrir les équipements du SAMU avec la présence sur le stand d’un véhicule hautement médicalisé dans lequel les nombreux visiteurs et surtout les enfants ont pu monter sans être en détresse.

L’équipe a pu répondre aux très nombreuses questions sur les moyens déployés après un appel au centre 15, sur les gestes « qui sauvent » et recommandé l’adhésion aux associations de secourisme afin d’apprendre ces gestes. En effet, l’habitant, le passant, le voisin sont les premiers maillons de la chaîne de soins de secours.

Les échanges noués sur le salon témoignent d’une vraie demande d’information de la part de la population et de son attachement à ce service. Fort de cette première expérience, le SAMU 35 a pris date pour participer à la foire internationale de Rennes en 2009 mais aussi pour développer des actions à destination des adolescents, des jeunes enfants, des médecins et paramédicaux libéraux.

Aller à la rencontre de la population pour lui expliquer le bon usage du centre 15, ses missions, son fonctionnement, ses difficultés est également très gratifiant pour les personnels car toutes les informations et les réponses apportées aux attentes l’ont été en dehors du contexte de l’urgence dans un souci de compréhension ou de curiosité. L’équipe du SAMU 35 a pu aussi prendre conscience de l’intérêt majeur de ses missions quotidiennes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.