Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grand déstockage : 8.3 tonnes de matériel enlevé pour un recyclage idéal

Encombré par le stockage de 8,3 tonnes de matériel électrique médical usagé dans son sous-sol, le CHU de Nice vient de confier leur collecte et leur recyclage à l’éco-organisme Récylum*.

Encombré par le stockage de 8,3 tonnes de matériel électrique médical usagé dans son sous-sol, le CHU de Nice vient de confier leur collecte et leur recyclage à l’éco-organisme Récylum*.
200 équipements (lampes, banque de sang, bistouri électrique, échographe, étuve, laser, imprimante, appareillage de monitoring, respirateur, pèse bébé …) ont été évacués les 24 et 25 octobre 2013, puis dépollués et recyclés  par un opérateur de traitement spécialisé, prestataire de Récylum. Dans le cadre d’une convention signée par le CHU, des conteneurs ont également été mis à disposition pour le stockage et l’enlèvement régulier des petits équipements qui arriveront en fin de vie tout au long de l’année. 
En transférant à un éco-organisme la responsabilité de la dépollution et du recyclage de ses équipements électriques usagés, le CHU de Nice a la garantie, certificats à l’appui, d’une prestation complète respectueuse des principes du développement durable et conforme à la réglementation. Il bénéficie également d’un service gratuit, grâce au financement de la filière par les fabricants des équipements concernés. Récylum enlève gratuitement tous les équipements électriques mis sur le marché par ses adhérents dès lors qu’ils sont libres de toute entrave mécanique et électrique. Le CHU faisait déjà gratuitement appel à Récylum depuis 2007 pour le recyclage de ses néons, et depuis 2011 pour les équipements électriques des bâtiments (matériel d’éclairage, de détection incendie, de contrôle d’accès, de gestion et régulation énergétique, automatismes de fermeture de portes, …). Ce service gratuit ne relève pas du Code des marchés publics.
*Un éco-organisme n’est pas un prestataire de service mais organisme agréé à but non lucratif exclusivement financé par les fabricants d’équipements électriques. Le statut d’éco-organisme agréé impose une conformité totale au cahier des charges réglementaire défini par l’État pour chaque filière. Le dossier d’agrément est en général examiné par une commission consultative représentative de l’ensemble des acteurs de la filière Responsabilité Elargie des Producteurs (REP) concernée. L’agrément est ensuite attribué par arrêté ministériel pour une durée limitée et reconductible, durant laquelle l’éco-organisme devra faire preuve, auprès d’un censeur d’état, du Ministère de l’Écologie, et de la commission d’agrément, du fonctionnement conforme de ses opérations.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.