Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Greffe de rein par coelioscopie robot assistée : une 1ère française

L'équipe tourangelle d'urologie coordonnée par le Professeur Bruyère, en lien étroit avec le responsable de l’unité de transplantation rénale, le Professeur Büchler, a greffé un rein sur une femme de 49 ans par coelioscopie robot assistée, une 1ère en France. L'intervention s'est déroulée le 24 octobre 2013. Aujourd'hui la patiente se porte bien et son rein fonctionne parfaitement.

L’équipe tourangelle d’urologie coordonnée par le Professeur Bruyère, en lien étroit avec le responsable de l’unité de transplantation rénale, le Professeur Büchler, a greffé un rein sur une femme de 49 ans par coelioscopie robot assistée, une 1ère en France. L’intervention s’est déroulée le 24 octobre 2013. Aujourd’hui la patiente se porte bien et son rein fonctionne parfaitement.
La double expertise du CHRU de Tours en néphrologie et en chirurgie robot assitée
Cette première nationale témoigne de la formidable coopération entre équipes hospitalo-universitaires expertes en néphrologie avec plus de 1 800 transplantations rénales réalisées à Tours depuis 1985  et  en chirurgie robot-assistée. Depuis 2007, date d’acquisition de l’équipement, près de 1 000 interventions ont été effectuées à l’aide du robot -dont une majorité d’ablation de la prostate pour cancer.
La préparation et la réussite d’un tel challenge nécessite une coopération étroite entre les chirurgiens spécialisés en robotique et en transplantation, les aides habitués, les infirmières de bloc spécialisées en robotique, l’équipe d’anesthésie habituée à la greffe et à la chirurgie robotique, mais aussi avec l’équipe de néphrologie rigoureuse et vigilante pour le suivi post greffe.
La patiente est en bonne santé. Elle a repris un transit très rapidement et n’a pas eu de douleur importante dans les suites. Cependant, il est prématuré de dire à partir de ce cas unique si les risques potentiels de la transplantation sont diminués mais l’équipe de néphrologie et notamment les infirmières de suivi post greffe confirment l’excellent état de la patiente et des suites plus simples.
Les bénéfices de la greffe rénale par coelioscopie robot assistée
Traditionnellement les greffes rénales sont réalisées par une incision d’une quinzaine de centimètres dans la partie basse et latérale du ventre. Les complications que l’on peut observer après cette intervention sont le préjudice esthétique lié à la cicatrice, des infections ou des éventrations de la paroi, des problèmes sur la suture des vaisseaux (sténose de l’artère ou thrombose de la veine), des problèmes sur la suture de l’uretère à la vessie (sténose de l’anastomose urétéro vésicale) et enfin quelques formations de lymphocèle qui ressemble à des kystes plein de lymphe qui peuvent comprimer le rein. Ces complications peuvent nécessiter de nouvelles interventions, voire à la perte du greffon.

De longue date, les chirurgiens tourangeaux tentent de trouver les moyens de réduire ces complications.
Réaliser cette opération à l’aide du robot permet potentiellement de réduire ces risques. Néanmoins l’acte est plus difficile et nécessite des équipes d’opérateurs chevronnés. C’est la raison pour laquelle cela n’a pas été réalisé jusqu’à présent en France. Quelques cas ont été répertoriés aux Etats unis et en Inde et vraisemblablement en Italie.
Tous les malades peuvent-ils bénéficier de cette chirurgie ?
Les malades les plus compliqués seront principalement opérés par voie robot assistée.  A terme, le service d’Urologie du CHRU de Tours figurant parmi les équipes les plus expérimentées en prélèvements de reins pour dons vivants, il est possible d’envisager que le prélèvement et la transplantation se fassent par voie robot assistée. Cependant, l’utilisation importante du robot au CHU de Tours ne le rend pas disponible tout le temps ce qui limitera potentiellement les indications.

La première année une vingtaine de malades pourront bénéficier de cette avancée et ce nombre est susceptible d’augmenter si la disponibilité du robot l’autorise.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”