Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hospimag : la caverne d’Ali Baba version 3ème millénaire

Hospimag est une plate-forme logistique de 5 600m² qui réunit en un seul lieu le stock de produits hôteliers non stériles des Hospices Civils de Lyon à l'exception des médicaments et des matériels médicaux stériles qui font l'objet d'un circuit d'approvisionnement spécifique. Pas moins de 3600 articles y sont référencés : gants, linge non tissé (couches, alèses, produits absorbants), produits lessiviels et d'entretien, certaines fournitures de laboratoire, papeterie, vaisselle à usage unique et à usage multiple. A terme, les 16 établissements HCL du Rhône s'y approvisionneront.

Hospimag est une plate-forme logistique de 5 600m² qui réunit en un seul lieu le stock de produits hôteliers non stériles des Hospices Civils de Lyon à l’exception des médicaments et des matériels médicaux stériles qui font l’objet d’un circuit d’approvisionnement spécifique. Pas moins de 3600 articles y sont référencés : gants, linge non tissé (couches, alèses, produits absorbants), produits lessiviels et d’entretien, certaines fournitures de laboratoire, papeterie, vaisselle à usage unique et à usage multiple. A terme, les 16 établissements HCL du Rhône s’y approvisionneront.

A la clé des économies de place, de stock et de travail pour les personnels.

Les avantages d’un tel regroupement sont nombreux : un seul centre de stock signifie un seul point de livraison, dès lors des négociations facilitées avec les fournisseurs. Cela permet une meilleure gestion des stocks, un gain de volume et de coût d’achat, de plus les procédures de commande sont uniformisées donc simplifiées.

Un projet d’envergure. Il a été précédé de 3 années de réflexion. « Le déploiement est dense (10 magasins à vider et réorganiser) et se met en place progressivement. Prendre en charge autant de sites en si peu de temps est une expérience unique en France », explique Stéphane Lasseur ingénieur logisticien responsable du projet.
Des équipes relais centralisent les commandes dans les différents pôles HCL, elles servent d’intermédiaire entre la plate-forme logistique et les services hospitaliers. Les livraisons des services les plus consommateurs seront hebdomadaires et non plus mensuelles.
Une telle réorganisation implique également un nouveau système de rangement et d’organisation dans les services, avec l’instauration du «double bac» sur le principe du plein/vide.

La quantité commandée est doublée et rangée dans deux emplacements. Une étiquette avec code barre (reprenant des informations sur le produit, la quantité et le service) est posée devant le premier bac, dans lequel chacun se sert. Une fois ce premier bac vide, le second permet de répondre aux besoins en attendant le réapprovisionnement, tandis que l’étiquette code barre est scannée par l’équipe relais. La commande est alors récupérée par la plate-forme logistique grâce à un logiciel particulier.

Courant 2005, ce sont près de 650 services qui seront équipés de ce système.

Le coût global de la plateforme est de 10,5 millions d’euros. Les HCL visent à une maîtrise budgétaire des consommations réelles par services ainsi qu’à la définition d’indicateurs de consommation ou d’activité pour chaque site.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.