Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hospimag : la caverne d’Ali Baba version 3ème millénaire

Hospimag est une plate-forme logistique de 5 600m² qui réunit en un seul lieu le stock de produits hôteliers non stériles des Hospices Civils de Lyon à l'exception des médicaments et des matériels médicaux stériles qui font l'objet d'un circuit d'approvisionnement spécifique. Pas moins de 3600 articles y sont référencés : gants, linge non tissé (couches, alèses, produits absorbants), produits lessiviels et d'entretien, certaines fournitures de laboratoire, papeterie, vaisselle à usage unique et à usage multiple. A terme, les 16 établissements HCL du Rhône s'y approvisionneront.

Hospimag est une plate-forme logistique de 5 600m² qui réunit en un seul lieu le stock de produits hôteliers non stériles des Hospices Civils de Lyon à l’exception des médicaments et des matériels médicaux stériles qui font l’objet d’un circuit d’approvisionnement spécifique. Pas moins de 3600 articles y sont référencés : gants, linge non tissé (couches, alèses, produits absorbants), produits lessiviels et d’entretien, certaines fournitures de laboratoire, papeterie, vaisselle à usage unique et à usage multiple. A terme, les 16 établissements HCL du Rhône s’y approvisionneront.

A la clé des économies de place, de stock et de travail pour les personnels.

Les avantages d’un tel regroupement sont nombreux : un seul centre de stock signifie un seul point de livraison, dès lors des négociations facilitées avec les fournisseurs. Cela permet une meilleure gestion des stocks, un gain de volume et de coût d’achat, de plus les procédures de commande sont uniformisées donc simplifiées.

Un projet d’envergure. Il a été précédé de 3 années de réflexion. « Le déploiement est dense (10 magasins à vider et réorganiser) et se met en place progressivement. Prendre en charge autant de sites en si peu de temps est une expérience unique en France », explique Stéphane Lasseur ingénieur logisticien responsable du projet.
Des équipes relais centralisent les commandes dans les différents pôles HCL, elles servent d’intermédiaire entre la plate-forme logistique et les services hospitaliers. Les livraisons des services les plus consommateurs seront hebdomadaires et non plus mensuelles.
Une telle réorganisation implique également un nouveau système de rangement et d’organisation dans les services, avec l’instauration du «double bac» sur le principe du plein/vide.

La quantité commandée est doublée et rangée dans deux emplacements. Une étiquette avec code barre (reprenant des informations sur le produit, la quantité et le service) est posée devant le premier bac, dans lequel chacun se sert. Une fois ce premier bac vide, le second permet de répondre aux besoins en attendant le réapprovisionnement, tandis que l’étiquette code barre est scannée par l’équipe relais. La commande est alors récupérée par la plate-forme logistique grâce à un logiciel particulier.

Courant 2005, ce sont près de 650 services qui seront équipés de ce système.

Le coût global de la plateforme est de 10,5 millions d’euros. Les HCL visent à une maîtrise budgétaire des consommations réelles par services ainsi qu’à la définition d’indicateurs de consommation ou d’activité pour chaque site.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”