Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Inauguration de 3 équipements de dernière génération

Le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble a inauguré le 17 janvier dernier trois nouveaux équipements de dernière génération qui complètent son plateau technique d'imagerie, de cardiologie et de radiothérapie et améliorent les prises en charge offertes aux patients du sillon alpin.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble a inauguré le 17 janvier dernier trois nouveaux équipements de dernière génération qui complètent son plateau technique d’imagerie, de cardiologie et de radiothérapie et améliorent les prises en charge offertes aux patients du sillon alpin.

Un scanner à acquisition rapide
La Clinique Universitaire de radiologie et Imagerie Médicale a été équipée d’un scanner 64 barrettes, le premier de ce type à Grenoble, doté de la technologie la plus récente. Cette technologie offre quatre avantages principaux par rapport aux scanners de génération antérieure :
– une rapidité d’acquisition des examens inégalée (quelques secondes pour un examen du corps entier),
– une couverture anatomique allongée,
– une finesse de coupe accrue, l’épaisseur de coupe étant de 0,625 mm,
– une meilleure gestion de l’irradiation.

Une 2ème salle d’angiographie cardiaque numérisée
Le secteur cardiologie interventionnelle du pôle Imagerie est désormais doté de deux salles d’angiographie numérisée. Outre la qualité de l’imagerie, cet équipement améliore la qualité des soins apportée au malade et le travail des soignants. En effet, les infarctus du myocarde peuvent maintenant réellement être pris en charge 24h/24 h sans aucun délai d’attente grâce à cette seconde salle de soins. Autres actes assurés : l’échographie endo-coronaire, le doppler coronaire, et très bientôt l’implantation de valves aortiques par voie per-cutanée, voire chirurgicale.

Un 3ème accélérateur linéaire
Cet accélérateur linéaire de dernière génération permet de traiter des tumeurs profondes et superficielles par voie externe, en optimisant la sécurité du traitement et la précision de l’irradiation grâce à des photons d’énergie 6 ou 18 MV ou à des électrons d’énergies comprises entre 6 et 18 MeV. Cette machine possède un collimateur intégré de 120 lames pour épargner au mieux les tissus sains adjacents aux tumeurs et conformer au plus près les distributions de dose aux volumes à irradier. Cet équipement achève la modernisation du plateau technique de radiothérapie qui comprend trois accélérateurs linéaires, l’imagerie de repérage, et le système d’information qui permet de coupler données et images. L’installation de ce nouvel accélérateur s’est accompagnée du changement de l’ensemble de l’environnement informatique en radiothérapie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.