Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Radiologie et Intelligence artificielle, un partenariat de recherche noué à Lille

Le CHU de Lille et PHILIPS France ont signé un partenariat de recherche pour l’évaluation clinique de la solution d’Intelligence Artificielle Illumeo initiée par les radiologues.
Le CHU de Lille et PHILIPS France ont signé un partenariat de recherche pour l’évaluation clinique de la solution d’Intelligence Artificielle Illumeo initiée par les radiologues. 
D’une durée de deux ans, ce partenariat vise à évaluer la solution Illumeo, nouvel environnement de travail des radiologues et cliniciens intégrant des algorithmes d’intelligence artificielle facilitant l’interprétation diagnostique en routine clinique. Les projets de recherche collaboratifs qui seront réalisés sous la coordination du Pr Olivier Ernst, chef de pôle  adjoint et chef du service d’imagerie digestive et endocrinienne du CHU de Lille, ont pour objet de mesurer les bénéfices de la solution et de valider de nouveaux développements.
La technologie Illumeo, utilisant des outils d’intelligence artificielle, est un nouvel exemple de logiciel intelligent clinique, qui permet d’optimiser les performances des cliniciens et de redéfinir leur façon actuelle d’interagir avec les images. 

Une vision globale du patient 

Conçu pour améliorer le flux de travail des radiologues, Illumeo utilise l’intelligence artificielle pour faire ressortir des données à partir de plusieurs sources (résultats de laboratoire, antécédents, comptes rendus précédents, etc…), afin de présenter une vision globale du patient et de fournir ainsi automatiquement des outils de visualisation et de post-traitements adaptés aux besoins du radiologue et au contexte clinique du patient. 
La solution est par ailleurs capable de détecter en temps réel, au pixel près, la zone anatomique sur laquelle le radiologue effectue son investigation. Il lui propose ensuite les outils de diagnostic adaptés. Cette fonctionnalité a été développée en France par les équipes de recherche du centre d’expertise mondiale en Intelligence Artificielle de Philips, le hub AI Paris. 

Quels bénéfices ?

Les outils d’IA illumeo intégrés au PACS (Imagerie numérique et partagée) Philips sont proposés pour l’ensemble des spécialités radiologiques et modalités d’imagerie. Ils ont pour but d’améliorer, par exemple, le suivi longitudinal des pathologies neurologiques ou de tumeurs cancéreuses en facilitant la comparaison d’un nouvel examen aux examens antérieurs. En analysant le contexte clinique du patient et en optimisant la visualisation et le traitement des images, la technologie illumeo a pour objectif de faire gagner du temps au radiologue, en se positionnant comme une sorte d’assistant pour le professionnel. Cette technologie n’a pas vocation à remplacer le radiologue mais de lui permettre d’accélérer certaines tâches chronophages à faible valeur ajoutée pour qu’il se puisse se concentrer sur  son rôle d’expert.
Le Pr Olivier Ernst @CHULille
"La recherche et l’innovation sont dans l’ADN du CHU de Lille. C’est donc avec enthousiasme que nous nous engageons avec Philips dans un nouveau projet de développement dans le secteur dynamique de l’imagerie médicale dans la perspective d’améliorer la qualité des soins apportée aux patients", a exprimé le Pr Olivier Ernst, chef de pôle adjoint et chef du service d’imagerie digestive et endocrinienne du CHU de Lille.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.