Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Je suis professionnel du sanitaire et du médico-social et j’ai aussi besoin d’un soutien psychologique!

Alors que le pic de l’épidémie est attendu pour les prochains jours, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé),reconnue d’intérêt général, poursuit son action d’aide et d’accompagnement psychologique avec un dispositif d’écoute 24h/24, 7 jours sur 7, à destination des professionnels du sanitaire et du médico-social fortement mobilisés et éprouvés dans la lutte contre le COVID-19.

Alors que le pic de l’épidémie est attendu pour les prochains jours, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé),reconnue d’intérêt général, poursuit son action d’aide et d’accompagnement psychologique avec un dispositif d’écoute 24h/24, 7 jours sur 7, à destination des professionnels du sanitaire et du médico-social fortement mobilisés et éprouvés dans la lutte contre le COVID-19.
« Je suis infirmière dans une unité Covid et physiquement et mentalement c’est très dur. Difficile dans ces circonstances de se confier à ses proches car on ne veut pas les inquiéter, mais on a besoin de soutien psychologique.»
« Je suis aide-soignante en EHPAD et très stressée par la situation actuelle. Je ressens un mélange de culpabilité et de honte. Honte d’avoir peur et d’avoir presque envie de tout lâcher. J’ai des idées noires et obsédantes. Je ne dors plus.»
« Je suis aide médico-psychologique (AMP) dans un foyer de vie pour personnes handicapées où il y a des cas de contamination par le coronavirus. Je suis très anxieuse par rapport à la situation.»
« Je suis directrice d’EHPAD. Très affectée par le décès de mes résidents, je me sens épuisée pour accompagner correctement mes équipes soignantes. Je me sens seule et impuissante dans un bateau qui coule.»
En 10 jours, 1200 appels ont été passés par des professionnels du sanitaire et du médico-social: soit l’équivalent du nombre total d’appels de l’année 2019!  Ils ont été accompagnés, rassurés et soutenus par des psychologues, de jour comme de nuit et le dimanche, avec une durée moyenne d’appel de 18 minutes.
Plus qu’un simple espace d’écoute, le dispositif permet également de réorienter les appelants en téléconsultations gratuites vers des psychologues, médecins et psychiatres, lorsqu’ils en ressentent le besoin.

Une demande de soutien psychologique exponentielle

Depuis le lancement du dispositif spécifique COVID-19, l’utilisation de la plateforme de soutien psychologique connaît une croissance exponentielle, symptomatique de l’amplification de l’épidémie sur le territoire français et de ses impacts psychologiques sur les soignants et les managers.
Avec déjà plus de 5000 commentaires sur les réseaux sociaux soutenant l’action de l’association SPS, la campagne de communication spécifique COVID-19 se poursuit sur tout le territoire afin de relayer le dispositif de soutien psychologique auprès de tous les soignants du sanitaire et du médico-social qui en auraient besoin et en particulier dans les régions les plus touchées par l’épidémie.

1 200 appels traités du 23 mars au 3 avril
Le premier bilan, réalisé 15 jours après le lancement de la plateforme de soutien SPS montrent que les principaux motifs d’appel concernent l’anxiété des soignants et managers face à des situations de soins liées au COVID-19 (38%) et la possibilité de transmettre le numéro vert à leurs équipes (25%). Un quart des appels sont passés la nuit ou le dimanche. La durée moyenne d’écoute est de 18 minutes.
• Profil des appelants:
75% de femmes, âge moyen de 45 ans, 75% de salariés
+50% sont des infirmières, des aides-soignants et des médecins
+25% sont des directeurs et des managers (présidents de CME, cadres de santé)
• Provenance des appels: Île-de-France (30%), Grand-Est (12%), Auvergne-Rhône-
Alpes (12%), Occitanie (8%), Provence-Alpes-Côte d’Azur (6%), Nouvelle Aquitaine (6%),
Hauts-de-France (5%)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”