Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La composition du Conseil de Surveillance arrêtée

Selon une depêche de l'Agence de Presse Médicale en ligne sur le webzine de l'AP-HP, le Directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France, Claude Evin, a signé l'arrêté sur la composition du conseil de surveillance de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP).

Selon une depêche de l’Agence de Presse Médicale en ligne sur le webzine de l’AP-HP, le Directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, Claude Evin, a signé l’arrêté sur la composition du conseil de surveillance de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP).

Selon l’arrêté daté du 16 juin et publié vendredi à la préfecture, les représentants des collectivités territoriales sont : Jean-Louis Missika, adjoint PS au maire de Paris, Jean-Marie Le Guen, député socialiste, adjoint au maire de Paris chargé de la santé publique et des relations avec l’AP-HP dont il présidait le conseil d’administration, Pierre-Christophe Baguet, député-maire UMP de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), qui représente la principale commune d’origine des patients en nombre d’entrées en hospitalisation autre que Paris, François Kosciusko-Morizet, maire UMP de Sèvres qui représente le conseil général des Hauts-de-Seine, et Jean-Paul Huchon, président PS du conseil régional.

Les représentants du personnel médical et non médical sont : Martine Andrieu, cadre supérieure de santé, désignée par la commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques (CSIRMT), le Pr Loïc Capron, chef de service de médecine interne (HEGP), et le Dr Alain Faye, chirurgien digestif (HEGP), désignés par la commission médicale d’établissement (CME), Isabelle Borne du syndicat SUD et Rose-May Rousseau de la CGT.

Cinq personnalités qualifiées font également partie de la nouvelle instance.
Parmi elles figurent Bertrand Fragonard, président de chambre à la Cour des comptes, président délégué du Haut conseil à la famille et ancien président du Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM), et Raoul Briet, conseiller maître à la Cour des comptes en service détaché, membre du collège de la Haute autorité de santé (HAS), responsable récemment d’un groupe de travail sur le pilotage de l’assurance maladie. Tous deux ont été désignés par le directeur général de l’ARS.

Les trois autres membres ont été désignés par le préfet.

Il s’agit de Guy Berger de la Ligue nationale contre le cancer et Thomas Sannié du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss), qui représentent tous deux les usagers, et de Michel Hannoun, ancien député RPR de l’Isère, directeur des études pour Servier Monde et président de la fédération des métiers de la santé à l’UMP.

Il appartient désormais au président du directoire de l’AP-HP, Benoît Leclercq, de convoquer les membres du conseil de surveillance pour leur première réunion.

Source : APM

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”