Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La santé en prison

Le 6e congrès national des unités de consultations et de soins ambulatoires en milieu pénitentiaire (UCSA) se tiendra du 3 au 5 mai à la Cité des Congrès de Nantes.

Le 6e congrès national des unités de consultations et de soins ambulatoires en milieu pénitentiaire (UCSA) se tiendra du 3 au 5 mai à la Cité des Congrès de Nantes.

Les soins aux détenus
L’Ucsa est une unité hospitalière implantée en milieu pénitentiaire qui assure les soins somatiques et psychiatriques incluant la prévention, l’organisation des soins en milieu hospitalier ainsi que la continuité de soins à la sortie de détention.

Historique
La question de la prise en charge médicale des détenus est indissociable de l’exigence d’une prison humaine. Elle a été réformée en 1994 : jusqu’alors, c’était l’administration pénitentiaire qui assurait la prise en charge sanitaire des personnes incarcérées. Mais, à la suite d’un rapport soulignant la gravité des problèmes de santé en prison, le système a été remis en cause. Ainsi, depuis la loi du 18 janvier 1994, c’est au service public hospitalier qu’a échu cette mission. Dès lors, l’hôpital est rentré dans la prison.

L’Ucsa du CHU de Nantes
L’UCSA du CHU de Nantes, dont le chef de service est le Pr Gilles Potel, a pour objectif de permettre aux détenus d’avoir accès à des soins de qualité : consultations de médecine générale, soins infirmiers, soins dentaires et consultations spécialisées. Elle est localisée sur deux sites : la maison d’arrêt, qui accueille des détenus, homme ou femme, pour une durée inférieure à un an, et le centre de détention. Le responsable de cette unité est le Dr Pierre-Yves Robert. Il est assisté par de nombreux spécialistes et une équipe infirmière.

Un congrès pour confronter et diffuser les expériences
Sous l’égide du collège des soignants intervenant en prison, l’association des professionnels de santé intervenant en prison (Apsep) organise son 6e congrès national du 3 au 5 mai à la Cité des congrès de Nantes.

Trois jours d’ateliers et de conférences seront consacrés à l’intervention médicale dans un contexte d’enfermement, auprès de patients que l’univers carcéral rend plus vulnérables que l’ensemble de la population : pathologies graves, handicap, prise en charge complexe posent dans ces conditions des problèmes bien spécifiques.

De nombreux thèmes seront abordés sous cet angle, parmi lesquels le soin dentaire, le dépistage de la tuberculose, l’éducation thérapeutique, la prise en charge du diabète, la toxicomanie… L’actualité thérapeutique et juridique seront également au programme.

Pour en savoir plus : href= »http://www.chu-nantes.fr/ePaper/02FE_UCSAder.pdf » target= »_blank »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.