Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’ambition européenne

Voté le 31 janvier 2005, le projet d'établissement 2005-2009 règle la croissance du CHU de Toulouse sur l'essor d'une métropole européenne des plus dynamiques. Quatrième CHU de France, l'établissement doit répondre aux besoins des 2,7 millions habitants la région Midi-Pyrénées. Le point sur le projet médical et sur les investissements de l'établissement...

Voté le 31 janvier 2005, le projet d’établissement 2005-2009 règle la croissance du CHU de Toulouse sur l’essor d’une métropole européenne des plus dynamiques. Quatrième CHU de France, l’établissement doit répondre aux besoins des 2,7 millions habitants la région Midi-Pyrénées. Le point sur le projet médical et sur les investissements de l’établissement…

Le projet médical
Ligne conductrice du projet médical, la complémentarité entre les hôpitaux de Purpan et de Rangueil /Larrey conduit le CHU à définir des vocations médicales claires pour chacun des sites. Rangueil regroupera les urgences, le pôle cardio-vasculaire et métabolique, le pôle digestif et le pôle uro-néphrologique, la chirurgie gynécologique et les activités oncologiques, les transplantations d’organes et les plateaux techniques.
Autres objectifs : la maîtrise des flux de patients non programmés notamment aux urgences, la prise en charge des malades polytraumatisés, la promotion du projet oncologique intégré au cancéropôle Grand Sud-Ouest et le développement de l’activité ambulatoire.
La rationalisation de la gestion conduit à la création de 26 pôles (voir article Réseau CHU N°397) et à une mutualisation des plateaux techniques par site. Enfin, le projet insiste sur les partenariats avec les autres structures de soins publiques et privées et avec la médecine de ville notamment pour le fonctionnement des maisons médicales.

La recherche
Reconnu internationalement pour l’excellence de sa la recherche, le CHU de Toulouse a retenu trois axes prioritaires : les biothérapies avec l’identification et le renforcement des synergies entre thérapie cellulaire et génique, le cancer avec l’ancrage clinique du CHU dans le Cancéropôle et le centre de ressources biologiques avec constitution de biothèques.

Investissements : 595 millions d’euros sur 5 ans
Particulièrement ambitieux le plan pluriannuel d’investissement accompagnera les vastes restructurations médicales et la modernisation d’ensemble du CHU, faisant de Toulouse un des ensembles hospitaliers français les plus performants d’Europe !
Inscrit dans le cadre du plan Hôpital 2007, ce programme prévoit la réalisation d’opérations représentant 100 000 m 2 de surfaces nouvelle. Parmi les opérations majeures on retiendra les constructions suivantes :
– un hôpital central à Purpan d’une capacité de 600 lits qui abritera les activités du pôle céphalique, du pôle des neurosciences, de l’institut locomoteur, d’un plateau technique regroupant l’imagerie, les blocs opératoires, les salles de réveil, la réanimation et les explorations fonctionnelles non spécialisées.
– un bâtiment à Ancely près de Casselardit regroupant 160 lits de long séjour, une unité dédiée à la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et les activités de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent.
– un nouveau plateau technique à Rangueil
– un pôle oncologique à Langlade
Ces transformations sont en adéquation avec le projet médical et répondent au souci de recevoir les patients dans des conditions de sécurité et de confort accru.

Une politique financière consolidée
La tarification à l’activité devient la source principale du fonctionnement du CHU et de sa capacité à investir. Elle induit une optimisation de l’ensemble des ressources et conditionne la réalisation des objectifs du CHU sur le moyen et le long terme. Le CHU se donne donc pour objectif la maîtrise de l’exhaustivité des recettes et des équilibres financiers et économiques, sans report de charges ni déficit. Le CHU poursuivra sa politique de désendettement amorcée en 2003 et planifie le dégagement de marges afin de réaliser son programme pluriannuel d’investissement

Un hôpital communicant, ouvert et à l’écoute des patients et des personnels
Soucieux d’expliquer les mutations et changements structurels engagés, le CHU engage une politique de communication forte auprès de ses partenaires, de ses personnels et de l’ensemble de la population. Parallèlement, il développera les actions artistiques et poursuivra la valorisation de son patrimoine, convaincu que la culture est un complément des soins.

Le CHU de Toulouse en chiffres
Nombre de sites : 6
Nombre de lits : 2 818
Hospitalisations : 171 000
Consultations : 600 000
Entrées en urgences : 121 000
L’augmentation de 1 % de la population entre 1999 et 2004 a une incidence sur l’activité obstétrique + 26% entre 2002 et 2004, sur la moyenne d’âge des patients admis 44,2 ans au lieu des 44,7 ans mais aussi sur l’accroissement du nombre de personnes âgées.
Groupes Homogènes de Malades pris en charge : 583 contre 573 en moyenne dans les CHU
Le CHU de Toulouse conforte son rôle de recours en traitant les patients les plus lourds dans toutes les disciplines ou souffrant de maladies rares.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.