Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lancement de la 2e saison du programme « 1 but et au lit! »

Lancé en septembre 2019 en partenariat avec la Ligue de Football professionnel (LFP), le programme « 1 but et au lit ! » a permis de financer 167 lits d’accompagnants dans 20 unités pédiatriques des hôpitaux publics en 2019/2020. Forts de ce succès, la Fédération hospitalière de France (FHF) et la Ligue de Football professionnel (LFP) reconduisent leur partenariat pour la saison 2020/2021.

La Fédération hospitalière de France (FHF) souhaitait améliorer les conditions d’accueil des enfants hospitalisés au sein des hôpitaux publics, un projet auquel a souhaité s’associer la Ligue de football professionnel (LFP). C’est ainsi qu’en septembre 2019, a été initié et lancé le programme national intitulé « 1 but et au lit ! ».
Pour chaque but marqué en Ligue 1 Uber Eats et en Ligue 2 BKT, 100€ sont versés pour financer des lits d’accompagnants dans les unités pédiatriques des hôpitaux publics du réseau de la FHF, permettant ainsi aux parents de rester dans de bonnes conditions auprès de leur enfant pendant la durée de l’hospitalisation.
Rappelons que chaque année, ce sont près de 2 millions d’enfants et adolescents qui sont hospitalisés dans les établissements publics de santé. La FHF, en tant que représentant de l’ensemble des établissements publics de santé, sociaux et médico-sociaux, est attachée à l’amélioration continue de la qualité d’accueil de ces enfants et de leur famille. C’est la raison pour laquelle, en étroite collaboration avec le Défenseur des droits, l’Union nationale des associations familiales (UNAF) et l’association SPARADRAP, la FHF a réalisé un rapport inédit proposant des pistes d’amélioration concrètes. Parmi les propositions phares, se trouve la garantie pour l’enfant hospitalisé de la présence de l’un de ses parents à ses côtés, ce qui aujourd’hui n’est pas encore systématique notamment en raison d’un manque de « lit accompagnant ».

167 lits d’accompagnants financés

Pour répondre de manière concrète et réaliste aux besoins des hôpitaux publics, la FHF a lancé auprès des unités pédiatriques un appel à projet en octobre 2019. Cet appel à projet a rencontré un véritable succès, soulignant le besoin réel des unités pédiatriques : plus de 50 établissements ont déjà candidaté. Après étude des réponses, une sélection de 20 unités pédiatriques, réparties sur tout le territoire, a été réalisée en deux temps (en milieu et fin de saison) afin de pouvoir leur faire bénéficier du financement des lits demandés.
Lors de la saison 2019/2020, 1 325 buts ont été marqués, permettant de collecter 132 500€ pour le programme « 1 but et au lit ! ». Ce montant a ainsi permis de financer 167 lits d’accompagnants (ou fauteuils pliants selon les demandes) dans les établissements suivants :
Le Pôle Femme, Mère, Enfant du Centre Hospitalier de Vichy, pour 15 lits ;
Le service de chirurgie pédiatrique du Centre Hospitalier de Saint-Brieuc, pour 11 fauteuils ;
Les services de pédiatrie, de néonatalité et le Pôle Femme, Mère, Enfant du Centre Hospitalier d’Ajaccio, pour 5 fauteuils ;
L’unité pédiatrique du Centre Hospitalier Universitaire de Nancy, pour 5 lits et 4 fauteuils ;
Le Pôle Femme, Mère, Nouveau-Né du Centre Hospitalier Universitaire de Lille, pour 19 lits ;
Le service de pédiatrie et le Pôle Femme, Mère, Enfant du Centre Hospitalier de Valenciennes, pour 17 fauteuils ;
Le service de pédiatrie du Centre Hospitalier de Lens, pour 10 fauteuils ;
Le Pôle Femme, Mère, Enfant du Centre Hospitalier de Gonesse, pour 5 fauteuils ;
Le Pôle Femme, Mère, Enfant du Centre Hospitalier de Falaise pour 2 lits et 1 fauteuil ;
Le service de pédiatrie du Centre Hospitalier de Guéret, pour 5 lits ;
Le service de pédiatrie des Hôpitaux du Bassin de Thau, pour 4 fauteuils ;
Le service de néonatalogie du Centre Hospitalier de Grasse, pour 7 fauteuils ;
Le Pôle Femme, Mère, Enfant du Centre Hospitalier du Mans, pour 3 fauteuils ;
Le Pôle Femme, Mère, Enfant du Centre hospitalier de l’agglomération Montargoise, pour 1 lit ;
Le Pôle Femme, Mère, Enfant du Centre Hospitalier de Nevers, pour 10 lits ;
Le Pôle Couple, Mère, Enfant du Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne, pour 8 fauteuils ;
Le service de pédiatrie du Centre Hospitalier de Niort, pour 8 fauteuils ;
Le service de médecine et de chirurgie pédiatrique du Centre Hospitalier de Cayenne, pour 5 lits et fauteuils ;
La Fédération de pédiatrie du Centre Hospitalier Universitaire d’Angers, pour 17 lits et fauteuils ;
Le Pôle Femme, Couple, Enfant du Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens, pour 5 lits et fauteuils.
La sélection des établissements prend en compte les besoins de chacun, tout en veillant à la répartition géographique et à la diversité de la taille des établissements. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.