Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHRU de Brest se mobilise pour la journée mondiale de la Thrombose

A l’occasion de la journée mondiale de la thrombose, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, vendredi 12 et samedi 13 octobre 2018 de 10 h à 17 h. Un film de prévention sera projeté, les équipes médicales seront disponibles afin d’informer et d’échanger avec le public.

A l’occasion de la journée mondiale de la thrombose, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, vendredi 12 et samedi 13 octobre 2018 de 10 h à 17 h. Un film de prévention sera projeté et les équipes médicales seront disponibles afin d’échanger avec le public.
La phlébite est un caillot de sang qui se forme dans une veine. Lorsqu’il migre, ce caillot peut provoquer une embolie pulmonaire. 2% de la population française est concernée par les accidents thromboemboliques veineux. 200 000 cas de thromboses veineuses ou d’embolie pulmonaires sont dénombrés chaque année. Cette maladie est potentiellement très grave : la mortalité est de 10 % lorsqu’on est atteint d’une embolie pulmonaire (soit un risque deux fois plus élevé que l’infarctus du myocarde).
Pour informer sur l’embolie pulmonaire, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, les 12 et 13 octobre de 10 h à 17 h. Un film de prévention sera projeté et les équipes médicales seront disponibles afin d’informer le public.

Une filière de soins dédiée

A Brest, le département de médecine interne, de médecine vasculaire et de pneumologie a structuré une filière de soin dédiée à la prise en charge de cette maladie en lien avec la médecine de ville. Une équipe de recherche – le Groupe d’Etude de la Thrombose de Bretagne Occidentale (GETBO) placé sous la direction du Pr Francis Couturaud – est également mobilisée depuis 20 ans. L’originalité de cette équipe, de notoriété internationale, réside notamment dans le développement d’études académiques qui permettent d’améliorer les pratiques médicales, ainsi que la prise en charge des patients.

Améliorer la prise de conscience

Il est nécessaire de détecter au plus vite l’apparition d’une thrombose car il existe des traitements anticoagulants très efficaces pour dissoudre le caillot.
En cas de thrombose veineuse au niveau du membre inférieur, les signes qui doivent alerter sont : une douleur persistante dans une jambe (le plus souvent au niveau du mollet), un durcissement de la zone touchée perçue à la palpation, la formation d’un œdème de la cheville ou de la jambe, une rougeur ou un réchauffement.
L’embolie pulmonaire peut quant à elle se manifester par une douleur brutale et persistante dans la poitrine, comme un point de côté qui dure pendant des heures, une sensation d’oppression dans la poitrine, sans facteur déclenchant,  parfois un crachat de sang, et une sensation de palpitation.

Réagir

Si une personne présente des signes d’embolie pulmonaire, elle doit immédiatement contacter le 15.
La thrombose veineuse peut toucher tout le monde. Les facteurs de risque les plus fréquents sont l’immobilisation prolongée, les plâtres (fracture, entorse), les interventions chirurgicales, les longs trajets (avion, voiture), la contraception orale, la grossesse et certaines maladies comme le cancer. Dans la moitié des cas, il existe une hérédité (familles à risque). Parfois, aucun facteur favorisant n’est retrouvé.

Soutenir

Pour soutenir la recherche contre la phlébite et l’embolie pulmonaire, il est possible d’adresser ses dons à INNOVEO, le Fonds de dotation du CHRU de Brest.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”