Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU de Montpellier rend hommage au Professeur Jacques du Cailar

Professeur en anesthésie et réanimation médicale au CHU de Montpellier, chef de département "Anesthésie et réanimation" et président de la Commission médicale de l’établissement (CME), le professeur Jacques du Cailar est décédé le vendredi 13 juillet 2018. Xavier Capdevila, Professeur à l’UFR de Montpellier, Chef du Pôle Urgences du CHU, Président de la SFAR, lui rend hommage.
Professeur en anesthésie et réanimation médicale au CHU de Montpellier, chef de département "Anesthésie et réanimation" et président de la Commission médicale de l’établissement (CME), le professeur Jacques du Cailar est décédé le vendredi 13 juillet 2018. Xavier Capdevila, Professeur à l’UFR de Montpellier, Chef du Pôle Urgences du CHU, Président de la SFAR, lui rend hommage.
"Jacques du Cailar est né le 23 Mai 1926 à Saint Hyppolyte du Fort, dans ce Gard protestant et rude qui a parfaitement forgé sa personnalité. Il se maria le 15 juillet 1947 à Saint Hippolyte du Fort avec Aline Faucher dont il eut trois enfants Claude, chirurgien vasculaire, Dominique sa fille et Guilhem, médecin interniste et cardiologue. 
Comme son illustre aîné Arnaud de Villeneuve, il alla faire ses études de médecine et son internat à Montpellier. Homme de devoir et de combat, il se lança le défi de la mise en place d’une nouvelle spécialité : l’Anesthésie-Réanimation. Pensez donc, au début des années 50, moins de 25 médecins indépendants pratiquaient l’anesthésie. Dans la suite immédiate des Jean Lassner, Ernest Kern, Guy Vourc’h et Jean Baumann, il travailla sans relâche à faire reconnaître la spécialité. L’anesthésie-réanimation devint spécialité médicale en 1966. Nommé professeur agrégé, il créa une des plus excellentes écoles d’anesthésie-réanimation française, avec un Certificat d’Etude Spécialisé très recherché par les étudiants. Père de la neuroleptanalgésie qui participa au succès de l’anesthésie intraveineuse puis de la protection du système neurovégétatif du patient en per-opératoire, avec Laborit et Huguenard, il fût un des vrais acteurs de la reconnaissance de la spécialité par les chirurgiens et la faculté de médecine. Ceci est parfaitement relaté par Aimé Julia, dans son traité de médecine raisonnée, qui disait de lui : « Dans les années 50 l’apparition à Montpellier des premiers appareils d’anesthésie en circuit fermé, passionnément «bricolés » par Jacques Du Cailar, a apporté une très importante amélioration aux  statistiques de la chirurgie viscérale et autorisé des ouvertures nouvelles vers la chirurgie thoracique, la chirurgie vasculaire, la neurochirurgie, la chirurgie osseuse… »

"Un patron remarquable"

Il fût très actif  dans le développement scientifique et organisationnel national de la spécialité, par le biais de la société française d’anesthésie-analgésie puis de la SFAAR qui devint la SFAR en 1981. Homme du service public hospitalier, il mit toute son énergie au service des patients dont il avait la charge en tant qu’anesthésiste-réanimateur, chef de département et président de CME. C’était un homme de devoir, de parole et un « patron » remarquable. Parmi ses élèves directs, tous les hospitaliers, hospitalo-universitaires et chefs de département des CHU de Montpellier et Nîmes ont toujours tenté d’en assurer la filiation professionnelle."

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.