Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU de Nantes fête sa 3000e greffe de moelle osseuse

Le début de cette année 2009 coïncide avec un anniversaire pour le moins étonnant : la 3000e greffe de moelle osseuse réalisée par les équipes d'hématologie adulte et d'oncologie pédiatrique du CHU de Nantes. L'occasion de faire le point sur cette activité qui fait du CHU de Nantes le centre de référence de greffe en cancérologie pour le grand Ouest.

Le début de cette année 2009 coïncide avec un anniversaire pour le moins étonnant : la 3000e greffe de moelle osseuse réalisée par les équipes d’hématologie adulte et d’oncologie pédiatrique du CHU de Nantes. L’occasion de faire le point sur cette activité qui fait du CHU de Nantes le centre de référence de greffe en cancérologie pour le grand Ouest.

La greffe de moelle, traitement majeur des cancers du sang

Les greffes de moelle – ou de cellules souches – sont indiquées dans le traitement de certains cancers et maladies du sang (leucémies, lymphomes, myélomes…). Elles apportent un réel espoir lorsque la prise en charge classique par chimiothérapie et/ou radiothérapie est insuffisamment efficace.

Le prélèvement demande une compatibilité tissulaire très étroite entre donneur et receveur. La greffe de moelle est une transplantation particulière car le malade peut être greffé avec sa propre moelle (autogreffe) ou avec la moelle d’un donneur familial ou non (allogreffe).

Créée en 1984 au CHU de Nantes par le professeur Jean-Luc Harousseau, l’unité de greffe de moelle osseuse ou de cellules souches hématopoïétiques – appelée communément « secteur stérile » – était l’une des premières unités créées grâce au concours du Ministère de la Santé. Depuis sa création, l’activité de greffe de cellules hématopoïétiques (moelle osseuse, cellules souches périphériques et sang de cordon) n’a fait que croître pour atteindre le chiffre de 3000 greffes en 2009.

Outre les aspects quantitatifs, l’organisation logistique et le programme commun entre les secteurs adultes et pédiatriques permettent aux malades d’accéder à une thérapeutique sophistiquée, tout en préservant, malgré un contexte de soins intensifs, le lien humain qu’ils entretiennent avec leur famille.

L’allogreffe, activité très sophistiquée actuellement en plein essor

L’activité de greffe allogénique a doublé en 5 ans et va doubler dans les 5 ans à venir. Le principe de l’allogreffe est de greffer le système-immunitaire qui est contenu dans la moelle osseuse, d’un donneur compatible avec un patient afin que ce nouveau système immunitaire contrôle et élimine les cellules cancéreuses. Sa pratique a longtemps été délicate. Considérée comme une révolution dans le traitement des leucémies, la greffe permet de parler de guérison. Ces vingt dernières années, l’activité de greffe du CHU de Nantes a été intense, la plaçant ainsi aux premiers rangs sur le plan national et européen.

Un programme de greffe exemplaire
En 2008, le CHU de Nantes fut l’un des premiers centres de greffe français accrédités par l’organisme européen Jacie, label désormais obligatoire en Europe pour tout centre souhaitant s’investir dans cette activité. Cette accréditation constitue une reconnaissance nationale et internationale des performances des équipes nantaises.

Plus de 50% des patients sont traités selon des schémas protocolaires nationaux et internationaux faisant du CHU de Nantes un centre de greffe à la pointe du progrès dans un contexte de recherche biomédicale innovante.

À noter également la coopération remarquable avec l’unité de thérapie cellulaire et génique (UTCG) du CHU et l’établissement français du sang (EFS) pour le prélèvement, la modification, la qualification et le stockage des greffons

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”