Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU de Nantes fête sa 3000e greffe de moelle osseuse

Le début de cette année 2009 coïncide avec un anniversaire pour le moins étonnant : la 3000e greffe de moelle osseuse réalisée par les équipes d'hématologie adulte et d'oncologie pédiatrique du CHU de Nantes. L'occasion de faire le point sur cette activité qui fait du CHU de Nantes le centre de référence de greffe en cancérologie pour le grand Ouest.

Le début de cette année 2009 coïncide avec un anniversaire pour le moins étonnant : la 3000e greffe de moelle osseuse réalisée par les équipes d’hématologie adulte et d’oncologie pédiatrique du CHU de Nantes. L’occasion de faire le point sur cette activité qui fait du CHU de Nantes le centre de référence de greffe en cancérologie pour le grand Ouest.

La greffe de moelle, traitement majeur des cancers du sang

Les greffes de moelle – ou de cellules souches – sont indiquées dans le traitement de certains cancers et maladies du sang (leucémies, lymphomes, myélomes…). Elles apportent un réel espoir lorsque la prise en charge classique par chimiothérapie et/ou radiothérapie est insuffisamment efficace.

Le prélèvement demande une compatibilité tissulaire très étroite entre donneur et receveur. La greffe de moelle est une transplantation particulière car le malade peut être greffé avec sa propre moelle (autogreffe) ou avec la moelle d’un donneur familial ou non (allogreffe).

Créée en 1984 au CHU de Nantes par le professeur Jean-Luc Harousseau, l’unité de greffe de moelle osseuse ou de cellules souches hématopoïétiques – appelée communément « secteur stérile » – était l’une des premières unités créées grâce au concours du Ministère de la Santé. Depuis sa création, l’activité de greffe de cellules hématopoïétiques (moelle osseuse, cellules souches périphériques et sang de cordon) n’a fait que croître pour atteindre le chiffre de 3000 greffes en 2009.

Outre les aspects quantitatifs, l’organisation logistique et le programme commun entre les secteurs adultes et pédiatriques permettent aux malades d’accéder à une thérapeutique sophistiquée, tout en préservant, malgré un contexte de soins intensifs, le lien humain qu’ils entretiennent avec leur famille.

L’allogreffe, activité très sophistiquée actuellement en plein essor

L’activité de greffe allogénique a doublé en 5 ans et va doubler dans les 5 ans à venir. Le principe de l’allogreffe est de greffer le système-immunitaire qui est contenu dans la moelle osseuse, d’un donneur compatible avec un patient afin que ce nouveau système immunitaire contrôle et élimine les cellules cancéreuses. Sa pratique a longtemps été délicate. Considérée comme une révolution dans le traitement des leucémies, la greffe permet de parler de guérison. Ces vingt dernières années, l’activité de greffe du CHU de Nantes a été intense, la plaçant ainsi aux premiers rangs sur le plan national et européen.

Un programme de greffe exemplaire
En 2008, le CHU de Nantes fut l’un des premiers centres de greffe français accrédités par l’organisme européen Jacie, label désormais obligatoire en Europe pour tout centre souhaitant s’investir dans cette activité. Cette accréditation constitue une reconnaissance nationale et internationale des performances des équipes nantaises.

Plus de 50% des patients sont traités selon des schémas protocolaires nationaux et internationaux faisant du CHU de Nantes un centre de greffe à la pointe du progrès dans un contexte de recherche biomédicale innovante.

À noter également la coopération remarquable avec l’unité de thérapie cellulaire et génique (UTCG) du CHU et l’établissement français du sang (EFS) pour le prélèvement, la modification, la qualification et le stockage des greffons

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.